De l’importance de (re)définir les concepts du développement local

26 Sep De l’importance de (re)définir les concepts du développement local

PQN-A a participé à la rencontre apprenante organisée par l’UNADEL (Union nationale des acteurs et structures du développement local) et la Librairie des territoires, au coeur du Gers, à Sarrant, autour du livre que viennent d’écrire Georges GONTCHAROFF et cinquante acteurs militants du développement local. L’occasion de revenir sur les fondamentaux de ce concept.

Cet ouvrage collectif propose une histoire incarnée du développement local. Né dans les années 1960, le développement local est un mouvement ascendant à la fois culturel, économique et social, qui place en son cœur la prise en compte des besoins et des aspirations des habitants, et la valorisation des ressources d’un territoire par et pour les groupes qui occupent ce territoire.

Parce que l’ouvrage “Vous avez dit développement local ?” révèle le pouvoir d’agir issu de l’initiative individuelle et collective des citoyens et d’élus créatifs et visionnaires, il est un recueil de clefs pour comprendre et se projeter dans un monde en profonde mutation.

Socle de transmission de savoirs agissant comme une boussole, il s’adresse aux professionnels, aux élus, aux étudiants, aux chercheurs et à tous les observateurs avisés qui, dans leurs responsabilités respectives, œuvrent pour une société plus juste, plus humaine et plus désirable sur les territoires.

La lecture de différents extraits du livre a permis de poser une certain nombre de questions et d’y apporter quelques éléments de réponses sur :

  • les fondamentaux du développement local historiquement;
  • les impacts des démarches qualifiées de développement local;
  • les freins, les obstacles.

Les échanges ont permis de mettre en lumière une tendance à “l’institutionnalisation du développement local”, avec la montée et l’élargissement de l’intercommunalité, la multiplication des politiques et dispositifs en faveur du développement des territoires à différentes échelles… et leur cloisonnement, la technicisation et la spécialisation de l’ingénierie territoriale… mettant à mal les principes de proximité, d’action collective, de mouvement ascendant, de globalité de projet, d’émancipation.

La prééminence du développement économique est devenu un but ultime à atteindre – dans un contexte de mondialisation et de chômage de masse.

On assiste aussi à une “recentralisation”, avec le développement des agences, des appels à projets, dans une logique plus to-down que bottom-up, rendant les territoires dépendants face aux exigences.

Le mouvement des gilets jaunes, qui ont mis en lumière les inégalités territoriales et le rejet des “institutions” d’un côté, et la nécessaire transition écologique de l’autre peuvent constituer des objectifs pour renouveler les pratiques et métiers du développement local.

Les initiatives locales fleurissent  ici et là, par nécessité, mais aussi par envie “d’autre chose” de la part des jeunes générations.

 

Cette rencontre fut riche et nourrissante. Nous vous invitons à lire cet ouvrage (se renseigner auprès de la Librairie des territoires).

Et nous vous informons d’ores et déjà que PQN-A vous prépare une rencontre apprenante sur le même sujet dans les prochains mois ! On vous en reparle.

 

Contact : Stéphane Denjean / 06 31 22 00 12 – stephane.denjean@pqn-a.fr

Partager