Fruit d’un partenariat entre le Conseil économique et social environnemental régional (Ceser) et la direction régionale de l’Insee, cette étude a pour objectif d’analyser les dynamiques territoriales en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes (ALPC) afin d’identifier les domaines constituant des enjeux pour l’action publique en fonction des évolutions constatées.m_logo_ceser_na

Les dynamiques démographiques ont des effets sur l’ensemble de la société. D’une part, de nombreuses politiques publiques en dépendent, en premier lieu l’aménagement du territoire, les besoins d’infrastructures (transports, internet…) ou d’équipements (écoles…), la protection des espaces naturels… . D’autre part, l’afflux de population génère des besoins de services et donc des emplois présentiels.
Les dynamiques d’emploi et le phénomène de métropolisation ont également des implications sur les territoires en matière de politiques publiques (appui aux activités créatrices d’emploi ou accompagnement des territoires en difficulté, infrastructures), de flux de population, de besoins de main-d’œuvre et de formations…
Cette étude a pour ambition, d’une part, de montrer les dynamiques de population et d’emploi et, d’autre part, d’analyser les effets positifs et négatifs de ces phénomènes. Au regard des dynamiques existantes, cet état des lieux pourra être complété par des études approfondies sur certaines problématiques soulevées. Ainsi, l’analyse des migrations résidentielles appelle un approfondissement du profil des nouveaux arrivants par rapport à celui des habitants actuels et des besoins en matière d’infrastructures, services et équipements nécessaires (types de logements, crèches, offre de soins…).

Vaste territoire peuplé de 5,8 millions d’habitants, la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes (ALPC) présente une grande variété de situations en matière de population, d’emploi, de profil économique. Quelles dynamiques territoriales traversent cette nouvelle grande région ?
Depuis la loi du 27 janvier 2014 de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles, dite loi Maptam, Bordeaux est juridiquement la seule métropole de la région. Or le phénomène de métropolisation étudié dans ce dossier se différencie de la notion purement administrative de métropole. Il est défini par des indicateurs classiques présents dans de nombreux travaux : la concentration de fonctions supérieures, la dynamique d’emploi, le développement de pôles secondaires, des flux importants et l’animation d’un réseau de territoires. Il s’appuie au préalable sur l’étude des dynamiques démographiques et des mouvements de population, ainsi que sur des phénomènes sociétaux qui y sont associés : étalement urbain, coût du foncier, déplacements domicile-travail.

Les dynamiques démographiques territoriales

La croissance démographique est forte dans la région, notamment dans les vingt-cinq grandes aires urbaines, qui concentrent deux tiers des habitants. Dans celles-ci, la population progresse plus vite dans les couronnes que dans les pôles. L’apport migratoire est déterminant. Sur la période récente, un quart de la croissance de la population se produit hors des grandes aires urbaines. L’artificialisation des sols progresse, en particulier dans les couronnes des aires urbaines. Le prix du foncier est plus élevé sur le littoral et dans les grandes aires. Les trajets domicile-travail sont plus longs en périphérie des grandes aires. Ils s’allongent notamment pour les habitants des petites et moyennes aires.

Les dynamiques d’emploi et le phénomène de « métropolisation »

Le vaste territoire de l’ALPC est composé de 33 zones d’emploi présentant des caractéristiques variables en matière de taille, d’orientation économique et de dynamique de l’emploi. Si les fonctions métropolitaines supérieures sont très présentes dans sept zones d’emploi, d’autres territoires montrent des signes de métropolisation, en périphérie des grands pôles urbains ou sur le littoral atlantique. Les liens reliant les sièges des entreprises avec leurs établissements permettent de qualifier le rayonnement et la dépendance des territoires.

Partager