Mise en ligne le 12 août 2016, la circulaire DGEFP du 30 juin 2016 destinée aux préfets de région et de département fait le point sur les orientations stratégiques et les enveloppes financières du second semestre 2016 pour les emplois d’avenir et les contrats uniques d’insertion (CUI).

Un effort budgétaire supplémentaire de 150 000 contrats aidés par rapport à la loi de finances initiale (LFI) 2016 est réalisé afin de garantir les équilibres sur le marché du travail pour les publics bénéficiaires de ces contrats. La programmation du second semestre s’établit à hauteur de 227 000 contrats aidés ainsi répartis :

– 182 000 Contrats d’accompagnement dans l’emploi (CAE) dont 67 800 CAE Education nationale, soit un objectif de 305 000 contrats sur l’année ;
– 15 000 Contrats initiative-emploi (CIE) soit 75.000 contrats sur l’année ; cette enveloppe s’inscrit en cohérence avec la montée en charge d’autres leviers de soutien à l’emploi dans le secteur marchand dont notamment l’aide à l’embauche pour les PME et les TPE ;
– 30 000 emplois d’avenir (EAV) soit un objectif de 65 000 contrats sur l’année.

La circulaire précise que la mobilisation de ces contrats aidés doit rester ciblée sur les personnes les plus éloignées du marché du travail : il s’agit de soutenir plus particulièrement les embauches de demandeurs d’emploi de longue et très longue durée, de bénéficiaires de minima sociaux, de personnes reconnues travailleurs handicapés, de demandeurs d’emploi seniors, de jeunes peu ou pas qualifiés ainsi que les publics habitant les quartiers prioritaires de la politique de la ville :

  • Les nouveaux recrutements en emploi d’avenir dans le secteur marchand doivent ainsi être orientés quasi exclusivement vers les jeunes résidant dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV). Parmi les jeunes en QPV, les jeunes peu ou pas qualifiés sont prioritaires. Les jeunes résidents des ex-ZUS non transformées en QPV pourront le cas échéant bénéficier d’un renouvellement de leur emploi d’avenir.
  • Les CIE-starter doivent être très prioritairement prescrits pour les jeunes en QPV.

Partager