La DREAL Aquitaine Limousin Poitou-Charentes vient de publier une étude statistique sur les EPCI de la région Nouvelle-Aquitaine. A partir de l’exploitation des indicateurs démogarphiques, du logement et de revenus, celle-ci vise à montrer les dynamiques territoriales contrastées :

“Les caractéristiques de la région ne sauraient se résumer à la présentation d’indicateurs régionaux appuyant son dynamisme démographique, la prédominance du statut de propriétaire ou son corollaire : la faible part du parc social. La région est formée de territoires de vie variés. Ils présentent de forts contrastes qu’une analyse régionale tend à lisser. A l’échelle des EPCI, la région montre une multitude de profils. Territoires ruraux ou littoraux, grandes agglomérations, témoignent de dynamiques contrastées, parfois divergentes mais également complémentaires.
Les indicateurs choisis, les plus fréquemment sollicités sur les territoires, tendent à dessiner des lignes de forces : un gradient croissant est-ouest de richesse des habitants couplé à une forme exacerbée d’attractivité du littoral déclinée à l’aune de la démographie et de la construction neuve…”

A noter :

En ALPC, 251 EPCI (Etablissements Publics de Coopération Intercommunale) à fiscalité propre se répartissent aujourd’hui en 225 Communautés de Communes (CC), 25 Communautés d’Agglomération (CA) et une métropole, en attendant, peut-être, la création des communautés urbaines de Limoges et de Poitiers.

La taille moyenne des 251 EPCI (en vigueur au 1er janvier 2016) de la région est de 335 km². Pourtant cette moyenne ne saurait être représentative des situations très variables au sein de la région. La superficie comme la population sont loin d’être distribuées de façon uniforme dans les divers EPCI.
En effet, l’EPCI le plus étendu, la communauté de communes de la Haute Saintonge (Charente-Maritime) avec 1 740 km², est 37 fois plus grand que le plus petit, la communauté de communes des coteaux de Garonne (47 km²).

Cette variabilité est plus forte encore en matière de population : le rapport entre l’EPCI le plus peuplé (Bordeaux Métropole avec près de 750 000 habitants, soit 13 % de la population régionale) et le moins peuplé (CC des Monédières avec moins de 1 000 habitants) s’établit à plus de 800.

Dès le 1er janvier 2017, la carte des EPCI va être profondément modifiée par l’application de la Loi NOTRe. Au niveau régional, en l’état actuel d’avancement des SDCI, ce sont 136 EPCI (au lieu de 251 aujourd’hui) qui devraient avoir leur siège en ALPC.

La répartition du nombre d’EPCI par département pourrait être la suivante :
– Charente : 8 EPCI
– Charente Maritime : 12 EPCI
– Corrèze : 9 EPCI
– Creuse : 4 EPCI
– Dordogne : 19 EPCI
– Gironde : 25 EPCI
– Landes : 17 EPCI
– Lot et Garonne : 13 EPCI
– Pyrénées Atlantiques : 10 EPCI
– Deux Sèvres : 8 EPCI
– Vienne : 7 EPCI
– Haute Vienne : 14 EPCI

En savoir plus

Partager

Étiquettes :