Établir des relations entre commerçants et producteurs locaux. Entre opérationnalité et pérennité

Vignette CR circuits courts

L’association MontPlateau dans la Vienne propose aux commerçants et aux producteurs volontaires de renforcer le système alimentaire local. Comment une association regroupant plusieurs structures doit-elle se positionner vis à vis des acteurs ? Vers quoi orienter les actions de l’ingénierie ? Éléments d’explication à travers un exemple néo-aquitain pour établir des relations entre commerçants et producteurs locaux etc.

 

CR Atelier sur les circuits courts et locauxCet atelier de co-développement a eu lieu au printemps 2019 lors des rencontres “Conduite d’un projet alimentaire territorial” du réseau des démarches alimentaires territoriales.

Retrouvez aussi la fiche pdf en ligne.

 

 

Témoins   Noémie BAUDOT, animatrice et Eric DE TRAZ, trésorier, ancien agriculteur.

Consultants  Une dizaine de participants d’horizons divers
Territoires et collectivités, organismes et réseaux d’accompagnement, étudiants…

 

Contexte

Des structures motivées organisées sur le territoire

Le territoire concerné par l’action se situe autour de Montmorillon à l’Est de Poitiers. Région naturelle de production ovine, le Montmorillonnais a  vu  se développer voici une quinzaine d’année, une réflexion portée par les producteurs et les consommateurs en matière de vente directe. Ainsi, une dizaine de producteurs a ouvert un magasin voici environ 5 ans « March’équitable ». l’objectif est de promouvoir les circuits courts sur le territoire à partir de producteurs locaux. L’AFIPAR (Association régionale de Formation et d’Information) les a notamment accompagné. En 2015, ils sont également réalisé un diagnostic en matière de restauration Hors Domicile.

Le magasin fournit les particuliers ainsi que quelques cantines d’écoles primaires autour de Montmorillon. Sur la ville et les alentours, cela représente un bassin de 15000 repas/jour au titre de la restauration collective.

Une association s’est constituée en 2016 à partir d’un collectif de structures impliquées dans le développement local. On y trouve un établissement d’enseignement agricole,  March’Equitable la Maison des Jeunes et de la Culture (MJC), le Centre d ‘Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu Rural (CIVAM), l’écomusée, une chambre consulaire ….

L’objectif principal de l’association est l’introduction de produits du territoire et de qualité dans la restauration hors domicile. Sa mission consiste à mettre en relation des acheteurs et des producteurs et à les appuyer pour la mise en place de flux de produits locaux.

De part cette entrée alimentation, l’association cherche à :

  • accompagner la transition agro-écologique,
  • participer au développement économique,
  • éduquer les enfants au goût,
  • proposer des produits qui auront un meilleur impact sur la santé,
  • lutter contre gaspillage alimentaire etc.

L’enjeu est multiple et systémique.

 

Des actions concrètes pour établir des relations entre commerçants et producteurs locaux

Dans un premier temps, de nombreuses actions ont permis de sensibiliser à ces enjeux autour de l’alimentation. Elles s’appuyaient sur un réseau de partenaire locaux :

  • le syndicat intercommunal de gestion des déchets ménagers (SIMER)
  • le Centre Permanent d’Initiative pour l’Environnement (CPIE)
  • la Maison de la Jeunesse et de la Culture locale
  • l’Ecomusée …

Le CIVAM Montmorillon s’implique aux côtés du collectif Mont’Plateau. Il partage en effet des objectifs convergents : réduire les intrants, être plus autonome dans les exploitations agricoles.

Depuis deux années, une collaboration a permis de constituer des groupes d’agriculteurs (éleveurs puis maraîchers). Ceux-ci sont capables de répondre conjointement à des demandes publiques et de se former de manière collective à de nouvelles techniques agricoles.  Cette collaboration également permis l’organisation de rencontres entre cuisiniers et producteurs.

Jusque-là, une charte d’engagement était signée par les agriculteurs. Pour renforcer sa plus-value, Mont’Plateau met désormais en place un système participatif de garantie de la qualité.

Aujourd’hui, les flux de produits sont modérés et de nombreux freins restent à lever pour faciliter l’approvisionnement local de la restauration collective.

 

Ce qu’il faut retenir de cette collaboration entre commerçants et producteurs locaux

 

Solutions et idées issues des témoignages et échanges

  • Poursuivre le travail sur les acquis de la sensibilisation déjà opérée entre producteurs consommateurs, selon la stratégie « des petits pas »
  • Aller voir d’autres expériences, sur d’autres territoires pour savoir comment les circuits locaux sont organisés
  • Créer un lien avec les collectivités locales en charge du développement économique sur le Montmorillonnais
  • Etudier les opportunités de diversification des modes de commercialisation, ne pas se cantonner à la restauration collective
  • Envisager des synergies avec Agrilocal 86 (et le Conseil départemental de la Vienne), rechercher les complémentarités possibles avec un partage des rôles
  • Consolider les relations commerciales (notamment le gré à gré) pour contractualiser sur le long terme sur des volumes croissants
  • Mobiliser de la ressource extérieure pour bénéficier de l’expertise ailleurs (par exemple, solliciter l’ACENA, une association régionale des gestionnaires d’établissements qui travaillent sur le principe de groupements de commande)
  • Mobiliser certains partenaires comme la Fédération Régionale d’Agriculture Biologique Nouvelle-Aquitaine (FRAB) pour contribuer à des actions partenariales de sensibilisation

 

Points de vigilance

  • L’association a-t-elle trouvé son équilibre économique ? A-t-elle une vocation à s’inscrire dans une logique marchande, en qualité d’intermédiaire ?
  • Existe-t-il un projet de démarche alimentaire de territoire portée par les collectivités locales ?
  • Peu d’engagement des collectivités sur ce projet . Ont-ils été approchés pour discuter l’articulation entre l’initiative citoyenne et collective de Mont’Plateau et le projet de territoire ?
  • Le recours au Dispositif Local d’Accompagnement (DLA) a-t-il été sollicité ?

 

Retours d’expériences

  • Exemple de l’Est Creusois. Tous les vendredis les producteurs investissent une place et amènent des produits.
  • Résalis, modèle de plateforme d’approvisionnement dans les Deux-Sèvres. Son point d’équilibre se situe à un chiffre d’affaire d’1 million d’€ pour l’autofinancement du fonctionnement de la structure (ingénierie, logistique…).
  • Exemple du Pays de Melle, introduction de 60 % de produits locaux dans la restauration collective.

 

 

Retrouvez les autres comptes rendus d’ateliers de la rencontre Conduite d’un projet alimentaire territorial” sur la page dédiée

Découvrez également toutes nos ressources méthodologiques sur les projets et démarches alimentaires territoriaux.

 

 

 

 

A lire aussi sur ce thème

 

 

 

 

Partager