Entre2Mondes, un tiers lieux pour animer le réseau local des acteurs de l’alimentation

Comment un tiers lieux porté par un collectif de citoyens peur contribuer à sensibiliser les acteurs aux enjeux alimentaires et agricoles d’aujourd’hui.

Entre Deux Mondes

 

Le tiers lieux Entre2Mondes

Objet de l’action – Quoi ?

L’association L’Entre2Mondes naît d’un ressenti de « manque » de mise en lien sur le territoire. Les co-fondateurs sont ainsi allés questionner le territoire sur un projet permettant de créer du lien. Il ont donc compris quels étaient les freins à une alimentation locale. Développer une alimentation locale et durable dans un lieu hybride où la discussion sur tous les sujets est possible est leur objectif.

 

Porteur de l’action – Qui ?

Des citoyens, des producteurs, des entrepreneurs et d’associations locaux ont créé l’Association « L’Entre2Mondes » fondée en 2017 à l’origine de la future SCIC « L’Entre2Mondes ». Tous souhaitent s’investir dans le développement d’un tiers-lieu dans l’Entre-Deux-Mers. L’association compte aujourd’hui 450 adhérents et une cinquantaine de membres actifs.

 

Périmètre de l’action – Où ?

L’ Entre2Mondes agit en Gironde sur le territoire de l’Entre Deux Mers. C’est un territoire à la fois rural sur sa partie est et péri-urbain côté ouest car très influencé par la métropole bordelaise. Les populations diffèrent selon les zones avec des publics modestes à l’est et plus aisés lorsque l’on se rapproche de la métropole.

 

Public bénéficiaire – Pour qui ?

Tous les habitants de l’Entre Deux Mers peuvent bénéficier des services du tiers-lieu et participer à son animation.

 

Consulter la fiche pdf en ligne ou la télécharger.
Cette fiche fait partie des 9 expériences du recueil Démarches alimentaires citoyennes.

 

 

POURQUOI ? Problèmes à résoudre, contexte et objectifs poursuivis

Les fondateurs partent de plusieurs constats. Le territoire de l’Entre-Deux-Mers est de plus en plus morcelé. Chaque commune est isolée l’une de l’autre et phagocyté par la métropole bordelaise. Le lien social se perd. D’après les rencontres réalisées par les 2 membres fondateurs de l’association, manger local est difficile actuellement sur le territoire. Les agriculteurs en production alimentaire hors viticulture sont également demandeurs en débouchés. Le manque de communication entre les collectivités, les producteurs et les consommateurs s’est fait ressentir lors de l’analyse des besoins.

L’association, qui se transformera en SCIC au 1er janvier 2020, a décidé de créer une structure hybride. L’objectif est de solutionner les difficultés de mise en relation et de cohérence du système alimentaire local. L’association souhaite développer une agriculture locale en s’appuyant sur l’existant.

L’association privilégie l’agriculture biologique dans le cadre des actions d’installations et dans l’approvisionnement du tiers-lieu en produits alimentaires. Cependant les autres types d’agriculture ne sont pas exclus. L’objectif est de promouvoir une agriculture vivrière, qui nourrit les hommes et fait vivre les paysans.

 

COMMENT ? Description de l’action et des moyens mis en place

La collaboration et la réflexion collective sont au cœur du projet. Les partenaires sont :

  • des communes, Créon et Sadirac,
  • le pôle territorial du Cœur Entre Deux Mers porteur d’un projet alimentaire,
  • le Département, proactif sur les questions d’alimentation et d’agriculture,
  • la Région via le service de l’ESS mais aussi
  • des structures plus locales comme des associations, des entreprises, des citoyens et des producteurs.

Une aide à l’installation des porteurs de projets agricoles sera proposée en 2020 pour enrichir l’offre du territoire. L’activité de l’Entre2Mondes débutera en début d’année 2020, aux côtés du bar-restaurant associatif ouvert depuis septembre 2019. Une mise en réseau des acteurs du territoire est menée à travers les enquêtes des besoins du territoire et le montage du projet.

Les activités mises en place sur le tiers-lieu seront les suivantes :

  • des ateliers (dont cuisine et transformation)
  • un bar-restaurant associatif
  • un espace de co-working
  • une épicerie tenue par des producteurs et des consommateurs.

Pour l’instant, la structure compte trois référents à temps plein dont une salariée. Les deux autres ont arrêté leurs activités professionnelles antérieures et sont au chômage. Ils sont pour l’instant bénévoles mais seront embauchés courant 2020. L’association est pilotée par un collège constitué de producteurs, de citoyens et des futurs salariés. La gestion opérationnelle est assurée par un Comité exécutif (1 producteur, 2 citoyens et les 3 référents) qui se réunit une fois par semaine.

 

Difficultés et limites

Un des freins importants demeure dans la lourdeur des démarches administratives pour les dossiers de financement. La mise en place des activités du restaurant sans la connaissance de la réglementation sanitaires a également été compliquée. Une autre limite citée est la gouvernance partagée qui fait à la fois la force du collectif et sa faiblesse de par la difficulté qu’elle engendre dans la gestion quotidienne. Le manque de temps pour l’animation du réseau par les référents rend globalement l’action locale plus complexe.

 

Perspectives

Le développement du bar-restaurant, de l’épicerie et de l’espace de co-working sont les principaux objectifs de l’Entre2Mondes qui envisage également des partenariats avec des associations locales pour des animations variées du tiers-lieu.

 

Quels outils pourraient aider l’avancée du projet

Pour avancer dans leur projet, l’Entre2Mondes aurait eu besoin de conseils en animation de réseau, juridiques et fiscaux pour développer le projet de tiers-lieu et le rendre économiquement viable. De l’ingénierie de projet et des notions de réglementation en alimentation et hygiène auraient rendu l’avancée du projet plus rapide et efficace. A l’heure actuelle, une formation en facilitation de tiers-lieux est envisagée pour être plus à même d’animer l’espace créé.

 

 

Entre2mondescitationEntre2mondescitation

 

 

Partager