Comment travailler avec la population pour mener à bien des projets de revitalisation ? L’exemple avec le Collectif Trois Tiers

Comment travailler avec la population pour mener à bien des projets de revitalisation ?

L’exemple avec le collectif Trois Tiers

Le Collectif Trois Tiers est une association qui participe à la revitalisation des territoires ruraux en s’appuyant sur la population et les ressources locales d’un territoire.

collectif

Après un an de réflexion et de méthodologie, nous avons eu envie d’axer le projet sur les campagnes.” explique Marion de Lajartre, coordinatrice au Collectif Trois Tiers.

Structure pilote

L’association Collectif Trois Tiers

Objectifs principaux

  • Redynamiser les territoires ruraux en s’appuyant sur ses habitants et les ressources locales
  • Créer des espaces de rencontre pour révéler et accorder les possibles au service de projets collectifs
  • Valoriser les initiatives citoyennes mises en place dans les campagnes

Périmètre d’action de l’expérience et rayonnement

Nouvelle-Aquitaine voire au-delà si l’accompagnement se fait sur plusieurs jours.

Partenaires principaux

Région Nouvelle-Aquitaine

  • Direction ESS
  • Pôle DATAR
  • Cluster Ruralité

Département de la Gironde

Exclusivement sur le projet de tiers-lieu, la Caze Majou :

  • Communauté de communes du Grand Saint-Émilionnais
  • Commune de Lussac
  • CAF
  • MSA
  • Soutien de Bordeaux Mécènes Solidaires

Calendrier

2016 : Création de l’association

2017 : Choix d’axer le projet sur les territoires ruraux et création d’un volet accompagnement

2019 : Volonté d’être porteur de projet en milieu rural donc création du tiers-lieu “La Caze Majou” à Lussac (33)

2021 : Passage du bénévolat à la création de postes salariés

2022 : Trois salariées et trois champs d’investigation : la valorisation des initiatives en milieu rural, l’accompagnement de communes rurales et l’animation du tiers-lieux la Caze Majou

Budget

160 000€  (cotisation d’adhésion, financement et fonds propres)

Problème / Besoin initial

La dévitalisation des territoires ruraux

Ce n’est une surprise pour personne, les territoires ruraux connaissent depuis des décennies la dévitalisation de leur cœur de bourg. Des logements insalubres et inadaptés, le dernier commerce qui ferme, une offre de mobilité quasi inexistante, la délocalisation des services, etc.

Des territoires ruraux parfois en déficit d’ingénierie

Dans les communes rurales, maire et secrétaire de mairie sont souvent la seule ingénierie existante. Le manque de moyens financiers est une des raisons pour lesquelles les territoires ruraux connaissent un déficit d’ingénierie. Dans ce cadre-là, il est donc difficile de mener à bien des projets tout en gérant les tâches administratives quotidiennes.

Les habitants et les usagers, une ressource encore trop sous-estimée 

De plus, les projets portés par les territoires n’associent pas toujours la population. Cette dernière est pourtant une source d’imagination et de création non négligeable pour enrichir les projets. Les habitants et les usagers sont les premières ressources locales.

Solutions apportées

La création d’une association au service des campagnes et s’appuyant sur les habitants

Forts de ce constat, six jeunes diplômés en aménagement du territoire et urbanisme ont créé le Collectif Trois Tiers en 2016. “Trois Tiers” pour :

  1. Tiers lieu : “des lieux oubliés remplis de potentiels
  2. Tiers temps : “laisser le temps à l’expérimentation
  3. Habitants : “un rôle clé dans la fabrique des territoires

 

Constitués en association, les six fondateurs ont rapidement été rejoints par d’autres corps de métiers (urbanistes, paysagistes, architectes, etc.). Tous bénévoles, ils ont développé l’association d’abord comme un laboratoire d’idées et d’expérimentation. Et, au bout d’un an de réflexion, de méthodologie et d’actions, ils ont eu envie d’axer le projet sur les campagnes.

 

En 2017, à l’époque où on se lance, il n’y a pas encore toutes les politiques publiques en faveur de la ruralité. Il y a un manque d’ingénierie dans ces territoires qui ont pourtant de vrais potentiels.

 

L’association évolue autour de trois axes : connaître, accompagner et animer pour redynamiser les territoires ruraux.

La valorisation des initiatives citoyennes en milieu rural

Le collectif Trois Tiers travaille à la sensibilisation de tous aux territoires ruraux et aux initiatives qui en émergent. L’objectif ? “Changer le regard sur ces territoires, le nourrir, l’accompagner et le détourner.

 

Pour ce faire, l’association organise un festival participatif tous les deux ans dans une commune : les Festiv’idées de la ruralité. Il s’agit par ces rencontres de “valoriser un village, ses initiatives, son patrimoine et ses habitants le temps d’un week-end.

 

Elle a également réalisé un film “Le Pari des campagnes” mettant en valeur des expériences en milieu rural.

L’accompagnement des communes rurales

Le deuxième axe proposé par le collectif est l’accompagnement des communes rurales dans leurs projets de revitalisation du centre-bourg. Au fil des années, les membres ont développé deux formats de résidences :

  • les “résidences distillées” : le collectif est présent de 6 à 10 mois sous la forme de permanences
  • les “résidences concentrées” : le collectif est présent quotidiennement de 10 à 15 jours

 

Pour ces temps-là, l’association mobilise un large panel de bénévoles qui viennent en renfort sur l’animation, etc.

La création et l’animation du tiers-lieu “la Caze Majou” 

Plus récemment, en 2019, le collectif a eu envie de porter la casquette de porteur de projet en milieu rural. C’est pourquoi, il a lancé le projet de tiers-lieu “la Caze Majou” dans la communauté de communes du Grand Saint-Émilionnais à Lussac.

 

L’idée était à la fois de participer en tant qu’acteur à la redynamisation d’un espace rural et de s’y investir. Ce tiers-lieu a pour objet de créer du lien social et d’animer la vie locale. Aussi, il vient répondre à un besoin identifié sur ce territoire : l’hébergement des saisonniers et des touristes et la création d’un espace de vie sociale.

 

En effet, ce lieu a vocation à être un lieu de vie locale hybride grâce à “un espace accueillant des activités culturelles régulières, un espace d’inclusion numérique pour tous, une salle mise à disposition des associations locales, une cuisine, un jardin accessible et partagé ainsi que des services divers et un espace d’hébergement touristique alternatif mis à disposition des travailleurs saisonniers.

Résultats obtenus

Aujourd’hui, l’association s’est professionnalisée et compte trois salariées. Les trois axes se sont développés et ont porté leurs fruits.

 

Enfin, le collectif effectue également des interventions plus ponctuelles d’accompagnement ou de facilitation d’ateliers.

Facteurs de réussite

Une des difficultés c’est de réussir à solliciter une grande diversité des habitants et des usagers. “Notre quotidien, c’est d’aller vers les habitants, et pas seulement les convaincus ou les avertis. On doit aller vers les publics isolés ou ceux qui n’ont pas l’habitude de s’investir dans ce type de projet. C’est tout un travail.

Enseignements

  • S’adapter : “On travaille avec des communes rurales aux petits budgets. De fait, comment trouver un modèle économique viable pour réussir à pérenniser nos actions ? Le format des résidences est une réponse que l’on a trouvé car il mixe du bénévolat et des professionnels.”
  • Diversifier les actions et les outils : “On réinterroge sans cesse nos moyens de communication et de mobilisation des habitants. On essaye d’aller toujours plus loin dans la façon de faire. Le jeu, la récolte de parole, le marché, les permanences.
  • Travailler en partenariat pour avoir des acteurs qui pérennisent la démarche derrière : “Sur le projet avec Atis, on intervient pour mobiliser les habitants afin de leur montrer qu’ils peuvent être entrepreneurs des projets. C’est bien qu’il y ait Atis qui continue derrière à maintenir la dynamique pour activer les projets et les mettre en place.”

Perspectives

  • Le développement de la Caze-Majou

Concernant la Caze Majou, on a déjà lancé des actions dans le territoire car le tiers-lieu en tant que lieu se construit sur un temps long entre le montage financier et immobilier. L’espace de vie sociale est donc déjà bien vivant et aura l’agrément en 2023.

  • L’élargissement des actions à d’autres territoires

L’envie, c’est d’essaimer les projets. On lance un appel à territoires pour aller à la rencontre d’autres communes et les accompagner dans leurs projets de territoires.

Personnes ressources

Marion de Lajartre, coordinatrice du collectif Trois Tiers

collectif.troistiers@gmail.com

06 72 02 26 66

Publié le 5/12/2022

Partager