La Smalah, une association-tiers lieux landais pour remettre l’alimentation au cœur de l’implication citoyenne

Comment La Smalah, association de St Julien en Born, travaille auprès des citoyens et des collectivités sur l’installation d’agriculteurs, les circuits courts et le tourisme.

associationLaSmalah

L’association La Smalah :

Objet de l’action – Quoi ?

La Smalah porte une Démarche Alimentaire de Territoire (DAT) à travers de nombreuses actions dans le cadre de l’activité du café associatif : repas de producteurs mensuels, distributions de produits locaux ou encore la mise en place d’un magasin de producteurs en auto-gestion par des consommateurs.

 

Porteur de l’action – Qui ?

La Smalah est une association citoyenne de développement local. Elle porte ou accompagne des initiatives de territoire selon trois axes d’action principaux : animation socio-culturelle, alimentation, emploi/production.

 

Périmètre de l’action – Où ?

Aujourd’hui l’association se déploie sur Saint Julien en Born (1500 habitants) et les communes voisines, territoire modeste et rural du département des Landes. Leur territoire d’action a vocation à s’étendre dans tout le Pays Landes Nature Côte d’Argent.

 

Public bénéficiaire – Pour qui ?

La Smalah a une vocation tous publics . Cependant la DAT veut prioritairement toucher les touristes de passage afin de créer « une relation plus vertueuse avec cette population saisonnière» très importante sur ce territoire. Les personnes souhaitant accéder aux activités de la Smalah doivent adhérer annuellement. Il existe 2 types d’adhésions : 2€ limitée au café associatif et 10€ globale.

 

Consulter la fiche pdf en ligne ou la télécharger.
Cette fiche fait partie des 9 expériences du recueil Démarches alimentaires citoyennes.

 

 

POURQUOI ? Problèmes à résoudre, contexte et objectifs poursuivis

La DAT de la Smalah se fonde sur un diagnostic territorial réalisé par le Pays Landes Nature Côte d’Argent. Leur volonté est de créer du lien dans St Julien En Born.  Leur activité suit en effet le cadre d’une politique conduite par la municipalité depuis plusieurs années. Les membres de l’association, très en lien avec les agriculteurs locaux, investissent le sujet pour relocaliser la production alimentaire actuelle. Ils accompagnent ainsi les différents acteurs du territoire vers une synergie permettant de rendre plus fluide ce système agricole et alimentaire local. D’après la Smalah, insuffler cette dynamique passe avant tout par une mise en réseau.

 

COMMENT ? Description de l’action et des moyens mis en place

La mise en œuvre de ce DAT se traduit en actions par :

  • l’accompagnement (conseils, aides à la recherche de financements, …) des porteurs de projets du territoire comme celui d’une conserverie/légumerie portés par des producteurs locaux
  • l’organisation de rencontres entre les acteurs des filières concernées lors de réunions de travail
  • l’organisation de repas mensuels au café associatif avec les producteurs et les citoyens. En période estivale, ces repas sont hebdomadaires.
  • l’accueil des distributions de produits locaux grâce à la plateforme lacagette.fr toutes les 2 semaines, et toutes les semaines pendant l’été. Cette action préfigure la mise en place d’une boutique citoyenne en auto-gestion approvisionnée par les producteurs locaux.
  • l’organisation d’événements estivaux comme des repas festifs pour sensibiliser au sujet de l’alimentation locale
  • la mise en place d’un plan de communication pour les touristes et d’actions de sensibilisations pour les scolaires

 

Difficultés et limites

La différence de mentalité entre le milieu associatif assez libre dans ses actions et les collectivités, peuvent être cloisonnées dans des schémas hiérarchiques et fonctionnels. Cela pose parfois des difficultés de communication. Le manque de production locale limitant l’approvisionnement local est vu comme un point de départ pour construire les actions. Les difficultés se retrouvent sur les questions de pression foncière, d’engagement des candidats à l’installation, d’accompagnement, etc. La logistique imposée par la géographie des territoires ruraux où chacun est relativement isolé est également à prendre en compte. Pour finir, la recherche de financement est cruciale mais chronophage.

 

Perspectives

Une coopération de l’association avec la coopérative « Co-actions » représente, pour les publics agricoles de l’association, une belle opportunité. La coopérative pourra aider les installations de producteur en leur fournissant un appui juridique, un statut, un collectif et une expertise d’accompagnement éprouvée dans de nombreux autres domaines.
Plus largement, la DAT est pleine de perspectives : légumerie/conserverie coopérative, boutique citoyenne de producteurs, approvisionnement des cantines de Saint Julien en Born, Mézos et Bias (grâce à l’appel à projet Ruralité), compostage citoyen, récupération et valorisation des invendus alimentaires, etc. !

 

Quels outils pourraient aider l’avancée du projet

Pour avancer dans son projet, la Smalah affirme qu’un outil de cartographie alimentaire du territoire serait utile. C’est pourquoi, elle envisage de le créer elle-même. Un tel outil pourrait être utile aux consommateurs pour connaître l’offre de leur territoire mais également aux producteurs pour savoir quels outils ou connaissances sont possédés par tel ou tel agriculteur. Ce projet n’est pas encore bien défini.

La Smalah profite de rencontres régionales pour glaner des retours d’expériences inspirants. Ce type de journée est donc particulièrement adaptée à son besoin de capitalisation. Elle envisage de mieux mettre à contribution les annuaires de contacts, constitués grâce à l’ensemble des membres de l’association, au fil du temps. Cela lui permettra notamment d’élargir son spectre de compétences.

 

AssociationLaSmalahcitationAssociationLaSmalahcitation

Partager