Le collectif des Fermes Urbaines, faciliter l’implantation d’une ceinture vivrière autour de La Rochelle

Comment un collectif de citoyens travaille main dans la main avec l’agglomération de La Rochelle. Il appuie des porteurs de projet agricoles et contribue à la souveraineté alimentaire de son territoire.

 

CollectifFermesUrbaines

 

Le Collectif Fermes Urbaines :

Objet de l’action – Quoi ?

L’ambition du Collectif des Fermes Urbaines est notamment de porter un projet alimentaire de territoire (PAT) à l’échelle de l’agglomération. Aujourd’hui, le collectif des fermes urbaines accompagne les porteurs de projets agricoles souhaitant s’installer dans le Rochelais. L’aide porte sur la recherche du foncier mais aussi sur l’installation même.

 

Porteur de l’action – Qui ?

L’association « Collectif des Fermes Urbaines » fondée en 2015 compte une dizaine de bénévoles, soutenus par une centaine de sympathisants. La plupart est engagé dans le milieu associatif et provient de milieux professionnels et sociaux assez variés.

 

Périmètre de l’action – Où ?

L’association intervient sur l’agglomération de La Rochelle, principalement sur les communes limitrophes. Le projet de PAT s’étend à l’échelle du Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) La Rochelle-Aunis qui rassemble les trois Établissements Publics de Coopération Intercommunale du nord du département. Le périmètre d’action est donc principalement urbain et péri-urbain avec une diversité socio-économique des habitants très importante selon les quartiers.

 

Public bénéficiaire – Pour qui ?

Pour l’instant, les actions mises en place visent principalement :

  • les porteurs de projet agricoles,
  • les collectivités volontaires pour s’engager dans une démarche alimentaire de territoire
  • les diverses associations locales recherchant des partenariats, comme les AMAP.
  • Les écoquartiers représentent une cible prioritaire.

 

Consulter la fiche pdf en ligne ou la télécharger.
Cette fiche fait partie des 9 expériences du recueil Démarches alimentaires citoyennes.

 

POURQUOI ? Problèmes à résoudre, contexte et objectifs poursuivis

Les études menées par la chambre d’agriculture et la communauté d’agglomération font remonter une forte demande des consommateurs pour une alimentation saine et durable. Le territoire très majoritairement céréalier en Aunis ne peut pas à ce stade satisfaire la demande aujourd’hui.

Les collectivités de l’agglomération, engagées dans des démarches en faveur de la biodiversité et de la réduction de leur bilan carbone, se penchent ainsi sur la question alimentaire et agricole. Cela devient un des enjeux des prochaines municipale de 2020.

Le foncier urbain et péri-urbain étant très prisé pour l’immobilier, l’enjeu est de sensibiliser les publics à une valorisation différente de ces terres, qui permettrait de s’alimenter.

L’objectif du Collectif des Fermes Urbaines est donc de mettre en réseau les acteurs de cette alimentation locale et durable et d’œuvrer pour l’installation d’une nouvelle agriculture sur l’agglomération.

 

COMMENT ? Description de l’action et des moyens mis en place

L’idée globale de l’association est de constituer une « ceinture vivrière » autour de l’agglomération qui permettrait à terme, de nourrir tous les habitants.

L’aide à l’installation pour les personnes souhaitant monter leur exploitation agricole sur l’agglomération consiste à accompagner et conseiller ces porteurs de projet. Il peut s’agir de conseils sur de l’irrigation, de l’appui à l’acquisition de foncier, de l’administratif ou une aide sur de l’événementiel ou de la communication … Des repérages de potentielles parcelles agricoles libres grâce au repérage terrain des bénévoles sont effectués via une surveillance du foncier du territoire.

Les journées de sensibilisation et de conférences-débats sont organisées ponctuellement. L’objectif est ainsi d’informer la population locale des enjeux et des actions réalisées pour y répondre.

Enfin, la participation active dans le réseau des acteurs locaux a également une part importante dans les activités effectuées. Cela implique par exemple la présence de l’association lors de réunions de collectivités ou d’instances publiques comme les révisions de PLUi.

 

Difficultés et limites

L’association se heurte globalement à la prégnance des grandes cultures sur le territoire et au manque de foncier disponible.

Les luttes internes de certaines instances publiques ralentissent parfois le travail de l’association qui ne sait pas toujours vers qui se tourner. De plus, la communication avec les organisations publiques est parfois rendue complexe par un certain cloisonnement des services.

L’association est aussi ouverte à l’adhésion de nouvelles personnes pour l’appuyer dans ses activités afin de pallier un manque de ressources humaines. Une candidature a ainsi été faite sur un appel à projet Région en juin 2019, mais la candidature a été rejetée.

 

Perspectives

Le développement du PAT sur l’Aunis est le principal objectif pour le Collectif des Fermes Urbaines. Ils pensent continuer et améliorer les différentes actions d’animation, de sensibilisation et d’accompagnement. Pour mettre en place le PAT, un changement de statut peut être envisageable comme la société coopérative d’intérêt collectif (SCIC).

 

Quels outils pourraient aider l’avancée du projet

L’acquisition de compétences en gestion de projet pourrait être d’un grand soutien à l’association, la formation est ainsi évoquée. Le Collectif des Fermes Urbaines manque également d’un local, pour effectuer ses réunions d’équipe, ainsi que de matériel basique (ordinateur, téléphone…)

 

Collectif fermes urbaines citation

collectif fermes urbaines contact

 

 

Partager