Le GEIQ BTP19, quand les entreprises corréziennes du BTP s’unissent en faveur de l’emploi des jeunes

Depuis plus de 20 ans, les entreprises corréziennes du Bâtiment et Travaux Publics (BTP), font face collectivement à leurs difficultés de recrutement grâce à un outil commun : le Groupement d’Employeurs pour l’Insertion et la Qualification (GEIQ) BTP 19. Celui-ci collabore étroitement avec les organismes de formation, les Services Publics de l’Emploi (SPE) et les acteurs du territoire pour favoriser la qualification et l’emploi des jeunes. 

 

 

Des entreprises du BTP en difficulté pour recruter

Dans les années 1990, les entreprises du bâtiment de la Corrèze connaissent des difficultés à recruter. Avec la mission locale d’Ussel, elles posent un triple constat commun :

  • les personnes qualifiées sur les métiers du bâtiment sont insuffisantes en Corrèze et les entreprises peinent à les identifier ;
  • de nombreux jeunes éloignés de l’emploi sont identifiés par les SPE ;
  • des formations qualifiantes appropriées existent sur le territoire mais les métiers du bâtiment souffrent d’un déficit d’image. 

 

 

Une réponse collective des entreprises du BTP en partenariat avec les SPE du territoire

Ces entreprises corréziennes du BTP décident de s’allier pour répondre collectivement à cette difficulté systémique. En 1997, elles créent un Groupement d’employeurs pour l’insertion et la qualification (GEIQ). 

Le GEIQ BTP19 a pour mission de faciliter le recrutement pour les entreprises adhérentes, de faciliter l’accès à la formation et à l’emploi des jeunes du territoire et de faire la promotion des métiers du bâtiment.

Un salarié du GEIQ BTP 19

Un salarié du GEIQ BTP 19 recruté par une entreprise du Groupement à la fin de son parcours

 

Le GEIQ BTP19 prospecte ainsi les opportunités d’emploi auprès des entreprises du bâtiment. Or il n’est pas le seul à faire ce travail. Très vite, les GEIQ, les SPE et les consulaires du département prennent conscience de la nécessité de coordonner leurs actions. 

 

C’est ainsi qu’à Ussel, sont organisées des réunions de prospection partagée rassemblant tous les partenaires. L’objectif est de recenser de façon plus efficace les opportunités d’emploi sur le territoire. Ils décident de répartir entre eux ces actions de prospection. Cela permet aussi d’éviter de solliciter plusieurs fois une même entreprise et de gagner du temps. Bien qu’informel ce mode de faire collaboratif fonctionne depuis près de 20 ans. Il se matérialise par les “Rendez-vous de l’emploi” organisés chaque année à Ussel.

 

« Au lieu de travailler chacun dans son coin, on se répartit le travail » Jean-Michel ALBARET, directeur du GEIQ BTP 19

 

La majeure partie des métiers proposés portent sur le gros œuvre (couverture, maçonnerie) ou du second œuvre (menuiserie, électricité, plomberie, peinture), mais aussi sur des métiers administratifs (secrétariat, gestion…) 

 

 

Les jeunes peu qualifiés, cible prioritaire

Les jeunes de moins de 26 ans avec peu de qualification constituent la grande majorité des salariés du GEIQ. Certains salariés sont aussi plus âgés et en reconversion. Près de 90% d’entre eux sont des hommes. Le GEIQ cherche cependant à recruter davantage de femmes. Les métiers de la peinture, de l’électricité et dans une moindre mesure de la menuiserie sont également attractifs pour le public féminin.

Aussi, depuis une dizaine d’années, le GEIQ emploie un nombre croissant de personnes étrangères, bénéficiant parfois du statut de réfugié.

 

 

Des entreprises aux commandes du GEIQ

Le GEIQ est pilotée par leurs entreprises adhérentes. Ce sont donc les chefs d’entreprises du bâtiment du territoire qui décident des grandes orientations. Le GEIQ BTP 19 compte ainsi près de 40 entreprises adhérentes. Celles-ci ont pour bonne partie, plus de dix salariés. Cela constitue un vivier d’emploi significatif à l’échelle du département. 

 

 

Une structure porteuse et tout un écosystème mobilisé

Dans les grandes lignes, le parcours au sein du GEIQ se décompose comme suit.

  • Les personnes en recherche d’emploi sont dirigées vers le GEIQ via différents canaux : SPE, chantiers d’insertion, structures sociales, autres GEIQ ou simple bouche à oreille, clauses sociales d’insertion.
  • La personne en recherche d’emploi rencontre ensuite le GEIQ. Ils définissent ensemble un parcours. 
  • Le GEIQ sollicite une entreprise dont le besoin pourrait correspondre au profil et identifie la formation appropriée. 
  • La personne est alors salariée par le GEIQ avec un contrat en alternance (contrat pro ou en apprentissage) et mise à disposition de l’entreprise membre du GEIQ. Elle divise ainsi son temps entre son travail en entreprise et sa formation. 
  • Les contrats durent entre six et 24 mois à l’issue desquels l’entreprise peut embaucher l’apprenant.e.

 

En charge de l’accompagnement de ses salariés, le GEIQ travaille ainsi en partenariat avec de nombreuses structures.

  • Les organismes de formation comme les CFA, les GRETA et une école des travaux publics au sein desquels les apprenant.e.s effectuent leur formation. 
  • Les partenaires sociaux et les associations locales qui aident à lever les éventuels freins à l’emploi des salariés (mobilité, cours de Français et Langues Etrangères etc.)
  • Les autres GEIQ du département et les SPE pour identifier les candidats où les réorienter si nécessaire.
  • Le département de la Corrèze avec lequel le GEIQ a conventionné afin de favoriser l’accès des bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active (RSA) à l’emploi et la qualification dans les métiers du BTP.

Par ailleurs, depuis 2018, les entreprises membres du GEIQ ont créé un Groupement d’Employeurs (GE). Cela afin de favoriser l’emploi partagé et de faciliter la continuité du portage des contrats des ancien.ne.s apprenant.e.s une fois leur formation terminée.

 

 

Une structure légère qui vit de son propre chiffre d’affaire

Le GEIQ BTP 19 compte trois salariés, un directeur, une coordinatrice et une assistante administrative. Son financement repose exclusivement sur les cotisations annuelles des membres (80€ / an) et sur la facturation de la mise à disposition des apprenant.e.s. 

Le GEIQ a ainsi la particularité d’avoir un modèle économique qui ne dépend pas du tout des subventions publiques. 

 

 

Un projet 100% corrézien

Le GEIQ est né sur le territoire de la Haute Corrèze. Il a cependant rapidement regroupé des entreprises de tout le département. Il intervient principalement sur le bassin de Brive (60%) mais aussi sur les bassins de Tulle et d’Ussel.

 

 

Un positionnement qui privilégie la collaboration à la concurrence

Si le principe même du GEIQ est de rassembler au sein d’une même structure plusieurs entreprises pour répondre à des difficultés communes, il est intéressant de constater qu’à travers son mode de faire collaboratif, le GEIQ BTP 19 évite toute mise en concurrence avec les autres acteurs de l’emploi locaux. 

« Le positionnement du GEIQ est intéressant parce que nous ne sommes en concurrence avec personne. » Jean-Michel ALBARET, directeur du GEIQ BTP 19

 

Le statut de GEIQ facilite aussi le recrutement grâce au portage en direct du contrat, ce facilite la gestion Ressources Humaines de l’entreprise accueillante. Ainsi, le GEIQ répond aussi bien à un besoin des entreprises que des personnes éloignées de l’emploi. 

 

 

Résultats : un fort taux de retour à l’emploi et peu de ruptures

Le GEIQ examine annuellement 150 candidatures dans le cadre de rendez-vous individuels. Il salarie en moyenne, 25 personnes chaque année. 

Le taux de retour à l’emploi de ces personnes après leur apprentissage dépasse les 70%. La plupart des personnes signe un contrat avec l’entreprise dans laquelle elles avaient été mises à disposition.  

Autre chiffre positif, seulement 5% de rupture de contrat ! Cela s’explique par une attention particulière portée au positionnement du salarié dans l’entreprise d’accueil mais aussi par un accompagnement étroit du GEIQ. 

 

 

Points de vigilance : la mobilité des apprenants et la barrière de la langue pour le public étranger

  • Veiller au type d’entreprise qui convient aux candidats.
  • Répondre aux difficultés de mobilité des salariés demeure la difficulté principale.

Le GEIQ a pris l’initiative de financer des permis de conduire (6 en 2020). Il travaille aussi en collaboration avec dla plateforme Ader mobilité dont la mission consiste notamment à favoriser la mobilité des publics précaires à travers par exemple du prêt de véhicule. 

Le GEIQ accompagne également un nombre croissant de salariés étrangers depuis une quinzaine d’années. Ce public a des problématiques spécifiques comme la maîtrise de la langue et les barrières administratives. Le GEIQ identifie ces difficultés liées à la langue et définit avec le centre de formation un soutien adapté. Il suit également de près les situations administratives auprès de la préfecture. 

 

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

  • Contact GEIQ BTP 19

Jean-Michel ALBARET, directeur
Tel : 06 86 81 37 41
E-mail : albaretjm@b19a.ffbatiment.fr

Ghislaine Pougheon, coordinatrice
Tel : 06 86 81 37 41
E-mail : geiqbtp19@gmail.com

 

  • Contact Comité régional des GEIQ Nouvelle-Aquitaine
    Nicolas Pochelu, Délégué régional
    Tel : 05 56 46 35 28 /  06 49 27 57 58
    E-mail : cr-aquitaine@lesgeiq.fr

 

  • Contact PQN-A
    E-mail : contact@pqn-a.fr

Partager