“Faire tomber les préjugés dans les quartiers Politique de la ville”

Photo Hervé Guéry

Article rédigé par Hervé Guéry

Hervé Guéry, spécialiste de l’observation des territoires et directeur du bureau d’études Compas, dresse un regard sur les quartiers Politique de la ville et leurs réalités. “Effet quartier” et idées préconçues contribuent à la fabrication des inégalités sur ces territoires. Or, l’analyse statistique démontre que bon nombre des préjugés dans les quartiers Politique de la ville sont erronés !

 

“L’effet quartier” : quelles conséquences pour les habitants ?

 

L’effet quartier, c’est reconnaître qu’habiter ces territoires met ses habitants dans des situations plus difficiles que s’ils habitaient, à situation individuelle équivalente, dans un territoire hors quartier Politique de la Ville. Tout simplement, « l’effet quartier » c’est observer qu’à situation équivalente, le territoire a un effet négatif sur l’évolution de la situation de ses habitants.

Il est désormais possible de mettre en évidence un certain nombre de mécanismes qui pourraient illustrer cet effet quartier. Par exemple, à situation sociale équivalente, les jeunes de troisième ont des orientations en lycée professionnel (sans qu’il n’y ait de jugement à l’égard de ces orientations) beaucoup plus fréquentes. De même, à niveau de formation équivalent, les habitants des quartiers sont plus fréquemment en recherche d’emploi. Ces situations peuvent s’expliquer par l’absence de réseaux. Moins de relations avec des ménages à situation sociale plus favorisée existent. Celles-ci peuvent offrir des opportunités dans l’orientation des jeunes ou dans l’accès à l’emploi par un échange d’informations par exemple).

Cet effet quartier illustre parfaitement les enjeux pour parvenir à offrir les mêmes possibilités aux habitants à situation identique quel que soit leur lieu de vie. Il s’agit de l’enjeu essentiel de la Politique de la ville, que ce soit à partir de l’égalité des chances ou de la réduction des écarts entre territoires.

L’effet quartier est renforcé par l’image que les quartiers peuvent avoir dans une représentation de la population environnante. Il est alors essentiel de faire « tomber » les préjugés dans les quartiers Politique de la ville.

 

Pour faire tomber les préjugés dans les quartiers Politique de la ville : objectiver les situations

 

“Des territoires de chômeurs”

Les quartiers ont souvent l’étiquette de territoires de chômeurs, d’inactifs. Il est réel que le chômage y est plus important qu’ailleurs. Cependant, une analyse des types de revenus des habitants met en évidence que les revenus liés au travail sont, dans les quartiers, la principale ressource. Au niveau national, 63% des revenus des quartiers proviennent du travail. Pour l’ensemble des français, ce taux est de 73%. S’il y a bien 10 points d’écart, ces données mettent en évidence que l’écart n’est pas si important que cela. Cependant, concernant les ressources des habitants, un pourcentage même important correspond à un niveau de rémunération faible. Les habitants des quartiers travaillent, mais avec de toutes petites rémunérations (liées à des temps partiels plus fréquents et à des entrées et sorties du marché du travail plus fréquentes).

Il est dès lors essentiel de développer des politiques publiques fortes pour le maintien et l’accès à l’emploi. La crise économique – qui va fortement secouer les entreprises et les actifs – atteindra plus les habitants des quartiers que les habitants des autres territoires. La précarité de l’emploi y est plus importante. Ce sont les CDD, les personnes en période d’essai et les intérimaires qui ont perdu leur travail le plus rapidement. Ils vivent plus fréquemment dans les quartiers prioritaires ou alors dans les centres villes anciens (en locatif privé).

 

“Des habitants qui vivent principalement de prestations”

De même, les quartiers ont l’image de territoires dépendant fortement de la redistribution. C’est partiellement une réalité. En effet, en moyenne, un cinquième de leurs ressources proviennent des prestations sociales, contre un vingtième environ en France en moyenne. L’écart est donc significatif, mais les prestations ne représentent qu’une faible partie des revenus des habitants. De plus, en intégrant l’ensemble de la redistribution (qu’elle soit contributive ou non — c’est à dire qu’elle ait ou non donné lieu à une cotisation préalable — comme les retraites par exemple) les habitants des quartiers ont en moyenne un apport de celle-ci plus faible que celui des autres habitants. Cela est la conséquence de la plus faible proportion de personnes âgées dans les quartiers et de montants de retraites très réduits.

 

“Des territoires où les collectivités dépensent plus”

L’image des quartiers, c’est aussi celle de territoires privilégiés des politiques publiques locales. En effet, les logiques de tarification en fonction des revenus donnent à penser que les territoires où vivent les ménages les plus pauvres sont les territoires où la collectivité investit le plus. Cette analyse ne tient pas compte du non recours, du sous usage de ces politiques publiques locales. Ainsi, la fréquentation de la restauration scolaire dans les collèges les plus fragiles, le recours au périscolaire, y sont aussi plus faibles. De même l’usage des modes de garde est plus ponctuel pour les ménages les plus pauvres et très réguliers pour les ménages les plus aisés.

Dès lors, des études financières menées dans différentes communes mettent en évidence que les dépenses de la collectivité par enfant y sont beaucoup plus faibles que dans les quartiers les plus favorisés. Ces mesures concernent pareillement la pratique sportive et l’usage des biens culturels.

 

“Il n’y a que des familles nombreuses”

Les quartiers ont l’image de territoires familiaux. En effet, la part des familles y est beaucoup plus importante qu’ailleurs. Dans tous les quartiers, une surreprésentation des familles monoparentales existe. De la même manière, contrairement à la moyenne nationale, il y a une très forte sous-représentation des couples sans enfant. Et pourtant, il s’agit d’une structure de ménages qui progresse très rapidement en France.

A l’opposé, les quartiers accueillent des proportions importantes de personnes seules. Dans beaucoup de territoires Politique de la ville, la part des personnes seules y est plus forte que celle observée dans leur agglomération. Cette situation est surprenante. En effet, une grande majorité de personnes seules dans les villes sont soit des étudiants (très majoritairement des femmes dans les villes universitaires), soit des personnes âgées (très majoritairement des femmes également). Or, dans les quartiers, si le vieillissement s’observe aussi, la part des personnes âgées y est plus faible qu’ailleurs. C’est surtout, la part des étudiants qui y est souvent très réduite.

Par ailleurs, l’isolement (1) dans les quartiers Politique de la ville concerne les hommes en âge actif. Ils sont nombreux mais discrets. L’isolement des femmes est par contre observé après 60 ans (effet du départ des enfants pour un ménage monoparental). Ces hommes d’âge actif dans les quartiers pourraient être caractérisés par le terme « invisibles ». Il est attribué à des populations oubliées des politiques publiques locales. Bien évidemment, les hommes seuls doivent intéresser les acteurs de la Politique de la ville. Il n’en reste pas moins que les quartiers sont des territoires où la place des femmes est la plus difficile. Les taux d’activité féminine y sont de plus en plus faibles. La pauvreté concerne beaucoup plus fréquemment les femmes, notamment au travers des familles monoparentales.

 

Des pistes d’actions modestes mais efficaces

 

Les défis peuvent paraître nombreux pour les acteurs de la Politique de la ville. Mais l’ampleur apparente de la tâche ne doit pas décourager. Au contraire, la multiplication de petites démarches telles que les médiations pour l’accès aux services publics locaux peuvent contribuer à modifier la vie des habitants. Il peut s’agir par exemple d’accompagner des mamans et des enfants vers la restauration scolaire, faire des passerelles entre l’école et les clubs sportifs dans et hors des quartiers etc.

Au regard de la crise sanitaire, l’accès au numérique est évidemment devenu essentiel, tant pour l’accès aux droits que pour l’éducation des enfants. La mise en œuvre d’un forfait téléphonique (2) ou wifi pour les habitants peut aussi être une démarche pertinente. Au-delà de grandes opérations telles que la rénovation urbaine ou le développement économique des quartiers, ces petites actions modifieront en profondeur le bien être des habitants.

 

 

(1) L’isolement ici est décrit comme une personne seule dans son logement, sans conjoint ni enfant

(2) Beaucoup de ménages ont un forfait mobile, souvent même un smartphone, mais n’ont pas l’abonnement pour partager une connexion. Les dépassements de forfaits y sont très nombreux alors que les coûts d’abonnement sont déjà importants. Ceux-ci sont effectivement non renégociés auprès des opérateurs téléphoniques.

 

(Re)visionnez l’intervention de Hervé GUÉRY du 30 septembre 2020

 

Vous souhaitez en savoir plus ? 

Contacts :

Christophe ROCHARD
Tél : 06 31 21 77 44
E-mail : christophe.rochard@pqn-a.fr

Laurine BRUN
Tél : 06 88 94 54 55
E-mail : laurine.brun(@)pqn-a.fr

Partager

Étiquettes :