Comment réinventer le commerce alimentaire de proximité en centre-bourg ?

Marché alimentaire de Saint-Bonnet-Briance (Haute-Vienne)

Ouvrir et maintenir un commerce alimentaire de proximité en centre-bourg passe de plus en plus souvent par de nouveaux modèles, plus hybrides, souvent portés collectivement et davantage ancrés au territoire. C’est ce qui ce qui a été mis en lumière lors d’un atelier organisé dans le cadre du Forum régional “Agriculture, Alimentation et Territoire” le 13 février 2020 à Angoulême. Eléments d’explication à travers 3 exemples inspirants …

 

Les témoins ont présenté des projets très différents lors de l’atelier sur le “Commerce alimentaire de proximité en centre-bourg” organisé dans le cadre du Forum régional “Alimentation et Territoire” à Angoulême. 

  1. Gilbert CHABAUD – Maire de St Pierre de Frugie (460 hab), en Dordogne (24) a présenté le magasin de producteurs bio locaux, né sous son impulsion et de la volonté d’un groupe de producteurs locaux.  
  2. Alban PERENNES – Coordinateur de l’Association La Smalah, à Saint-Julien-en-Born (1 600 hab) dans les Landes  (40) porte un projet de boutique citoyenne qui se construit autour du café associatif de la Smalah 
  3. Chantal LACORRE et Eliane VERGNE – Bénévoles de l’Association les Cabas de Bonnet (580 hab) en Haute-Vienne (87) ont donné à voir le projet d’épicerie de produits locaux tenue par des habitants bénévoles 

 

                                     

Des besoins et des ressources qui diffèrent selon les territoires

Chacun de ces 3 projets est parti du constat que chacun dresse de son territoire. Les besoins exprimés par les habitants mais aussi les ressources territoriales et humaines ne sont pas les mêmes. 

Logiquement, les graines qui ont germé n’étaient alors pas les mêmes :”

  • A Saint-Pierre-de-Frugie, le projet a été motivé par l’offre. Les producteurs bio, nombreux sur le territoire, ont sollicité le maire afin de trouver un débouché pour leurs produits. 
  • A Saint-Bonnet-Briance, ce sont les habitants qui ont souhaité réagir lorsque la seule épicerie du village a fermé. Ils ont été accompagnés par le chef de projet Economie Emploi Formation du Pays Monts et Barrages.
  • A  Saint-Julien-en-Born, une offre d’alimentation de proximité était encore présente. Cependant les habitants sont en demande d’une offre locale, traçable et de qualité qu’ils peuvent choisir. Le projet s’est organisé autour d’un café associatif existant particulièrement dynamique.  

 

L’épicerie bio de producteurs locaux de Saint-Pierre-de-Frugie

L’épicerie bio de producteurs locaux de Saint-Pierre-de-Frugie

 

Bénévolat, système coopératif, espace hybride … Le modèle économique en question

Les participants soulignent tous le défi que constitue la définition d’un modèle économique viable. Là encore la spécificité territoriale permet d’expliquer leurs choix. 

  • Les producteurs de Saint-Pierre-de-Frugie sont parvenus à salarier une personne dans leur boutique de producteurs. Cela s’explique notamment par la forte demande en produits bio et locaux des néo ruraux arrivés massivement ces dernières années sur la commune. Et pour cause : “Les rayons sont déjà vides le jeudi ” nous dit le maire Gilbert Chabaud !
  • A Saint-Bonnet, une étude de faisabilité de reprise de l’ancienne épicerie avait conclu que les projections commerciales étaient trop faibles pour accueillir un nouveau projet d’épicerie “classique”. Les habitants ont pris la décision d’opter sur un modèle basé sur le bénévolat pour ouvrir 2 fois par semaine la nouvelle épicerie.
  • L’association la Smalah cherche encore son modèle. Elle s’appuie pour le moment sur l’hybridité de ses activités (café associatif, organisation d’événements de sensibilisation à l’alimentation et aux produits locaux, repas de producteurs, animation d’un projet alimentaire territorial…).

 

Les difficultés diffèrent aussi en fonction du modèle économique :

  • Comment avoir assez de bénévoles à Saint-Bonnet pour assurer la pérennité de l’initiative
  • Comment assurer un approvisionnement de produits maraîchers bio sur un territoire qui en compte peu ou pas assez comme à Saint-Julien ou à Saint-Pierre ?
  • De quelle manière gérer le stock de produits frais quand la vente ne peut pas être assurée tous les jours ?

 

La capacité d’investissement enfin est une difficulté rencontrée par tous. 

 

Les facteurs de succès : miser sur les acteurs locaux, diversifier l’activité et penser une gestion collective

Les participants ont souligné un certain nombre de facteurs-clés de succès pour ouvrir un commerce alimentaire de proximité en centre-bourg :

  • Faire du benchmarking d’initiatives comme à Saint-Bonnet-Briance afin de choisir le modèle le plus pertinent localement
  • Accompagner les forces vives qui souhaitent s’impliquer sur le territoire. En effet, dans ces trois exemples, les différentes mairies ont facilité le développement des projets déjà présents ou prêts à se monter.
  • Penser une gouvernance citoyenne qui implique les producteurs et les habitants / consommateurs / bénéficiaires
  • Sécuriser un local adapté en sollicitant notamment l’aide de la commune ou de l’EPCI (Etablissement de Coopération Intercommunale)
  • Encourager et accompagner  la coopération entre producteurs pour permettre un approvisionnement cohérent, régulier et de qualité.
  • Favoriser l’hybridation de l’activité de ces commerces. L’épicerie de Saint-Bonnet a aménagé un petit espace bar que le collectif d’habitants souhaite agrandir. Le projet de Saint Julien prend justement forme autour d’un café associatif déjà dynamique.
  • Mutualiser les besoins avec d’autres structures peut également être une piste
  • Faire appel aux subventions publiques comme l’AMI Innovation sociale de la Région dans le cas de Saint-Bonnet-Briance ou l’appel à projet ruralité de la Région pour l’association la Smalah.

 

Ouverture de l'épicerie à SAint-Bonnet-Briance

Une centaine de personnes sont venues fêter l’ouverture de l’épicerie à Saint Bonnet-Briance

 

Une plus-value qui dépasse la simple fonction de distribution

Il est intéressant de noter que chaque projet est le fruit d’une dynamique propre à son territoire et va au-delà de la simple distribution de produits. 

Ces projets contribuent en effet à :

  • La consolidation des filières locales. On notera à titre d’exemple, l’installation de plusieurs maraîchers autour et sur la commune de Saint-Pierre-de-Frugie qui approvisionne la boutique.
  • L’établissement de lieux de sociabilité en centre-bourg et l’amélioration du cadre de vie 
  • La sensibilisation des publics aux questions de l’alimentation locale
  • La réduction du temps de déplacement des habitants pour s’approvisionner
  • La constitution d’un éco-système plus résilient aux crises

 

Le mot de la fin reviendra à un participant de l’atelier : « C’est devenu extraordinaire de faire des choses simples »

Mars 2020

 

Vous souhaitez en savoir plus ? Contactez-nous !

 

Association du Cabas de Saint Bonnet-Briance
Hélène FOGLIERINI, Présidente
Email : lecabas.sbb@gmail.com

Association la Smalah
Alban PERENNES, Coordinateur
Tel : 06 77 42 92 32
Email : aperennes@gmail.com

Contact Maire de Saint-Pierre-de-Frugie
Gilbert CHABAUD
, Maire de Saint Pierre de Frugie
Tel : 05 53 52 82 86
Email : mairie.saintpierredefrugie@wanadoo.fr

Contact PQN-A
Email : contact@pqn-a.fr

 

Consultez la page Revitalisation des centres-bourgs

Partager