Le numérique responsable, par Vincent Courboulay, co-fondateur et directeur scientifique de l’Institut du Numérique Responsable (INR)

Vincent Courboulay

Vincent Courboulay, enseignant chercheur à La Rochelle Université, cofondateur et directeur scientifique de l’Institut du Numérique Responsable (INR) nous décrit ce qu’est le numérique responsable et comment une collectivité peut agir. En effet, le numérique est responsable de près 4% d’émissions de gaz à effet de serre mondial. Voici quelques points clés à retenir.

 

Le numérique responsable, c’est quoi ?

 

Selon Vincent Courboulay, c’est “un cadre de pensée, de politique et d’actions qui permet d’essayer de faire converger les urgences climatiques et sociales avec la transition numérique”.

 

Il peut être appréhendé de deux façons :

  1. Green for IT (Informatique éco responsable) : ensemble d’outils et de procédés permettant de réduire l’empreinte économique, sociale et environnementale du numérique. Il s’agit par exemple de nettoyer ses fichiers sur son ordinateur ou d’utiliser des équipements informatiques reconditionnés.
  2. IT for green (l’Informatique au service du respect de l’environnement) : réduction de l’empreinte économique, sociale et environnementale grâce à l’utilisation du numérique. Les actions peuvent être de la forme suivante : privilégier l’impression 3D pour éviter de produire en masse ou prévoir des stocks ou mobiliser la réalité virtuelle afin de porter une assistance à distance sans avoir à se déplacer et ainsi éviter l’empreinte carbone des transports.

 

Que prévoit la loi sur le numérique responsable ?

 

“En France, plusieurs lois intègrent le numérique :

 

Pour quelles raisons s’engager sur le numérique responsable ? 

 

D’une part, pour respecter la loi ! La loi REEN (Réduire l’Empreinte Environnementale du Numérique) oblige par exemple les collectivités de plus de 50 000 habitants à se lancer dans le numérique responsable. D’autre part, il existe des raisons multiples selon les engagements de la collectivité. Cela peut être l’inclusion en réduisant la fracture électronique, la maîtrise de l’empreinte environnementale, la réduction des coûts de possession du parc informatique… C’est très protéiforme”, explique Vincent Courboulay.

 

En résumé, c’est prendre de l’avance sur les prochaines normes face à l’urgence climatique et réduire les dépenses liées aux équipements par une moindre consommation et un moindre coût d’énergie.

 

Comment une collectivité peut agir pour le numérique responsable ? 

 

Elle peut agir de plusieurs façons, mais la démarche est à peu près toujours la même”, explique Vincent Courboulay :

  • Trouver des pionniers qui vont monter en compétences, s’approprier le sujet. Les ambassadeurs du numérique responsable viennent dans un deuxième temps, lorsque la démarche est structurée et qu’il y a besoin de l’incarner. La Région et l’INR forment des agents en interne pour élaborer un schéma directeur au sein de leur structure. Ils deviennent à leur tour ambassadeur au sein de leur structure et/ou sur leur territoire ;
  • Phase de sensibilisation des dirigeants/des politiques notamment avec des webinaires centrés sur leurs besoins, en appui du pionnier, avec un discours adapté pour savoir ce qui fonctionne ;
  • Nécessité d’une organisation une fois que la sensibilisation est faite ;
  • Déploiement d’une politique : alignement des enjeux du numérique responsable avec l’histoire de la collectivité (par exemple, si la collectivité s’est historiquement investie pour l’inclusion, elle traitera l’enjeu du numérique responsable sous ce prisme).

 

Agir pour le numérique responsable en quelques points clés, c’est :

 

  • IDENTIFIER les acteurs à différents échelons (locaux, départementaux voire régionaux) qui agissent en faveur de cet enjeu et les associer à la construction d’une stratégie locale (feuille de route). Cela permet de connaître les potentiels freins ou, au contraire, les initiatives déjà à l’œuvre ;
  • DÉCIDER d’une stratégie à moyen et long terme des actions à mettre en place et des publics prioritaires en s’inspirant d’autres actions mises en place sur des territoires similaires. Cette stratégie intervient en aval de la mesure de l’impact de la consommation du numérique (secteurs touchés, publics les plus consommateurs, etc.) ;
  • ÉCHELONNER les actions : des pratiques les plus simples à appliquer jusqu’à un avancement plus robuste selon la maille territoriale ;
  • ACCOMPAGNER les acteurs les plus en difficulté dans l’intégration de cet enjeu au sein de leurs secteurs. Cela passe par de la sensibilisation des usagers ;
  • ÉVALUER les premières actions opérées sur le territoire afin d’en retirer les premières tendances et ajuster certains axes.

 

Quels sont les outils pour faire du numérique responsable ? 

 

Des formations, indicateurs de performance (Key Performance Indicator), indicateurs agrégés (plutôt sur de la méthodologie) et des engagements politiques (via une feuille de route). Ce sont des éléments difficilement contournables.”

 

L’INR dispose d’une boîte à outils composée de logiciels de diagnostic pour agir sur le numérique responsable notamment.

Du côté sensibilisation au numérique responsable, une formation à la fresque du numérique est aussi possible.

 

Quels sont les projets/démarches inspirants et bonnes pratiques sur le numérique responsable ?

 

Au niveau régional, il y a une volonté d’une feuille de route, c’est un outil vraiment important. Cette feuille de route est aujourd’hui déclinée dans peu de territoires. Elle est déclinée au niveau de la Région Nouvelle-Aquitaine, et je pense qu’elle peut être déclinée au niveau d’une collectivité. Cela est déjà le cas à La Rochelle et au Pays Basque notamment“, précise Vincent Courboulay.

 

Certaines collectivités se lancent également dans l’organisation d’évènements locaux dédiés au numérique responsable. Par exemple, la Ville d’Echiré a organisé le Cyber Clean Up Day : un événement pour accompagner les citoyens à nettoyer leurs données dans leurs équipements informatiques.

 

ZOOM – Initiatives inspirantes sur cette thématique :

 

La Rochelle Agglomération :

 

  • Participation aux premières éditions du Cyber World Cleanup Day dans le cadre de l’objectif zéro carbone d’ici 2040 ouvert à toutes les structures ;
  • Boîtes de collectes des smartphones usagées dans plusieurs structures de la ville ;
  • Organisation d’une semaine de réparation sur le territoire de la Charente-Maritime où ont été ouverts des ateliers d’auto-réparation en partenariat avec tous les réparateurs de Charente-Maritime.

Numérique responsable – Agglo La Rochelle

 

Pays Basque Agglomération :

 

  • Centre de ressources du “numérique plus responsable et accessible” au Pays Basque en cours de construction et qui entre dans leur feuille de route 2021-2023 pour un numérique responsable ;
  • Organisation de temps de travail (webinaires, groupes de travail, rencontres) autour du numérique responsable entre les différents acteurs.

Numérique Responsable – Antic Pays basque

 

Il y a aussi des volontés, des feuilles de route au niveau des clusters de la Région Nouvelle-Aquitaine, qui peuvent être intéressants à creuser. Il y a d’autre part les Ateliers du Bocage, par exemple. Les bonnes pratiques résident surtout dans tous les exemples de reconditionnement, de réparation, d’accessibilité à internet… Aujourd’hui c’est vraiment très large, ça peut être vraiment beaucoup de choses.”

 

Au contraire, quels sont les points de vigilance à avoir en tête ?

 

D’une part, “le green washing (c’est-à-dire mettre en avant les engagements écologiques pour donner une illusion trompeuse d’une pratique écoresponsable), l’effet de mode, l’opportunisme, l’absence de décisions non objectivées (des décisions sur coup de tête) ou sans mesure. Et surtout les fausses bonnes idées : par exemple, faire du numérique plutôt que du papier car le papier tue des arbres.”

 

D’autre part, “il y a aussi un risque d’agrandir la fracture numérique. En effet, l’inclusion numérique fait partie du numérique responsable. On peut faire en sorte que notre utilisation du numérique soit éco-responsable, mais il faut avant tout se préoccuper de savoir si sa population est bien équipée, s’il y a des services suffisamment accessibles, etc.”

 

Quelles sont les ressources à avoir sous la main pour s’informer sur le numérique responsable ? 

 

On peut sensibiliser les élus avec des webinaires ou avec des séminaires courts et concentrés sur leur besoin en évitant le discours passe-partout. Il faut s’adapter au territoire et essayer de trouver les leviers en appui des pionniers locaux.”

 

Pour s’inspirer :

 

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

 

Laura Monmarin, chargée d’études

E-mail : laura.monmarin@pqn-a.fr

 

Laurine Brun, chargée de mission Inclusion numérique et territoires

E-mail : laurine.brun@pqn-a.fr

Tél : 07 72 55 06 99

Partager