Mobiliser le dispositif Conseillers numériques France Services sur son territoire

Dans le cadre du plan de relance, Cédric O, secrétaire d’État au numérique, a annoncé un soutien exceptionnel en faveur de l’inclusion numérique. Ainsi, ce sont 250 millions d’euros qui vont être investis pour accompagner les français en difficulté avec le numérique. Une enveloppe de 200 millions d’euros sera notamment consacrée au recrutement de 4000 Conseillers numériques France Services.

 

Que sont les Conseillers numériques ?

 

Les Conseillers numériques auront pour mission : la sensibilisation et l’accompagnement à l’autonomie. Ils viendront compléter le maillage territorial déjà existant. En effet, ils seront complémentaires aux autres dispositifs tels que les espaces France Services et les Pass Numériques. Une incitation est d’ailleurs faite sur l’aspect « aller vers » les publics. Ceci passe par exemple par la valorisation des missions faites au sein : des Espaces France Services, des mairies, des bibliothèques, des associations locales ou encore des marchés.

D’autre part, les Conseillers Numériques n’auront pas vocation à accompagner les usagers dans leurs démarches administratives. En cela, ils pourront seulement accompagner les démarches les plus basiques, ou débloquer une situation liée à un manque d’habileté numérique. En effet, ils se distinguent des missions réservées notamment aux espaces France Services. Ainsi, les Conseillers Numériques seront uniquement chargés d’apporter une aide de premier niveau.

 

Quelles seront leurs activités ?

 

  • Accompagner les citoyens dans leurs usages quotidiens du numérique. Par exemple : travailler à distance, consulter un médecin, vendre un objet, acheter en ligne, etc. ;
  • Sensibiliser aux enjeux du numérique et favoriser des usages citoyens et critiques. Par exemple : s’informer et apprendre à vérifier les sources, protéger ses données personnelles, maîtriser les réseaux sociaux, suivre la scolarité de ses enfants, etc. ;
  • Rendre autonomes les usagers pour réaliser des démarches administratives en ligne seul.

 

Qui peut accéder au dispositif ?

 

Les Conseillers numériques seront recrutés par les collectivités territoriales et les structures privées (associations et structures de l’Économie Sociale et Solidaire). Celles-ci bénéficieront d’un soutien financier de l’État. Ce dernier s’élève entre 50 000 euros et 40 000 euros dans le cadre de l’Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) initié par l’Agence Nationale de la Cohésion des Territoires (ANCT). Ainsi, la formation de ces Conseillers Numériques sera intégralement prise en charge par l’État.

 

Comment candidater pour devenir une structure accueillante ?

 

 

Une première vague destinée aux collectivités (depuis novembre)…

 

Un premier appel à manifestation d’intérêt (AMI) est en ligne depuis le 17 novembre 2020. Cet AMI est à destination des collectivités, de leurs groupements, et des établissements publics qui leur sont rattachés (CCAS, CIAS, …). D’autre part, les structures dites privées peuvent déjà se positionner. Pour se faire, elles peuvent compléter le formulaire en ligne. Toutefois, leurs candidatures seront traitées dans un second temps.

 

Sur le territoire néo-aquitain, 133 collectivités ont déjà candidaté pour accueillir un conseiller numérique pour la première vague (au 8 janvier 2021). Ensuite, la circulaire du 21 janvier s’est adressée aux préfectures régionales et départementales. Dès lors, les préfets avaient jusqu’au 19 février pour évaluer les candidatures (nombre de conseillers numériques, projets ciblés). Ils devaient également soumettre leurs propositions pour cette première vague de candidatures.

 

Les candidatures sont notamment observées au regard de la cohérence avec les stratégies locales et de la concertation des collectivités territoriales. En cela, ils portent attention à ce que les actions soient coordonnées à l’échelle départementale et intercommunale. Ainsi, les projets intégrant des interventions en itinérance sont privilégiés. En effet, les démarches de mutualisation et d’aller vers les publics sont valorisées. Les Hubs Territoriaux pour un Numérique Inclusif peuvent être aussi sollicités pour faciliter les concertations avec les collectivités locales. Pour cela, c’est auprès de Hubik que les territoires de Nouvelle-Aquitaine peuvent s’appuyer.

 

… et une seconde vague destinée aux structures privées (dès mars)

 

Une seconde vague est sortie en mars. Cette fois, les structures privées pourront candidater via un AMI spécifique. Par la suite, des vagues successives auront lieu. En effet, le but est d’atteindre les 4 000 conseillers. 

 

Certains territoires s’engagent d’ores et déjà sur des stratégies d’inclusion numérique. Ils mobilisent par exemple des protocoles pour un Accord Préalable de Principe (APP) avec l’État. Ce type d’accord permet aux territoires de s’engager dès maintenant sur le nombre de Conseillers numériques qu’ils souhaitent mobiliser. Néanmoins, il faut qu’ils garantissent la bonne coordination des futurs Conseillers Numériques, et la co-construction avec les acteurs locaux. Par exemple, c’est le cas des départements de l’Allier ou encore de la Seine-Saint-Denis. D’autre part, sur le territoire néo-aquitain, certains territoires sont également en cours d’échange avec l’État pour bénéficier de ce type d’accord.

 

Quand va débuter le déploiement des Conseillers numériques ? 

 

Les premiers recrutements et entrées en formation verront le jour courant mars suite aux notifications d’avis aux collectivités candidates sur cette première vague.

Dès lors que les structures accueillantes ont reçu un avis positif sur leur candidature, elles pourront engager la procédure de recrutement. De nombreux candidats ont d’ores et déjà postulé sur la plateforme Conseillers numériques. Ainsi, l’État transmettra ces candidatures aux structures accueillantes retenues. Ensuite, elles pourront diffuser une offre d’emploi sur les plateformes classiques.  Il peut s’agir par exemple de la plateforme emploi-territorial.fr pour les collectivités. Un guide de la structure accueillante est édité pour appuyer les collectivités (fiche de poste ou contrat type par exemple).

 

Quelle formation pour les Conseillers numériques ?

 

Pour assurer la formation des Conseillers numériques, l’État a lancé un appel à projets en décembre. Les prestataires retenus seront annoncés officiellement d’ici fin février. Plusieurs modalités sont prévues, avec notamment la possibilité de suivre la formation en distanciel.

 

La formation durera entre trois semaines et 420 heures, selon le niveau de compétences initial. L’organisme de formation déterminera cette durée suite à un entretien avec le Conseiller numérique.

 

Les prestataires auront pour objectif l’obtention par chaque conseiller numérique de deux certifications :

  1. Le certificat de compétences professionnelles (CCP) : « Accompagner différents publics vers l’autonomie dans les usages des technologies, services et médias numériques ». Il correspond au premier CCP du titre professionnel de niveau 5 « Responsable d’Espace de Médiation Numérique »;
  2. La certification Pix, les conseillers numérique devront justifier d’un niveau 5 sur les compétences : « Mener une recherche et une veille d’Information », « Sécuriser l’environnement numérique » et « Protéger les données personnelles et la vie privée ».

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

 

Ressourcez-vous :

 

 

Vous souhaitez en savoir plus ? Contactez-nous !

 

Contactez Hubik:

Hub de Nouvelle-Aquitaine pour un numérique inclusif

E-mail : contact@hubik.fret

 

Contactez PQN-A :

Laurine Brun

Chargée de mission “inclusion numérique des territoires”

Tél : 07 72 55 06 99

E-mail : laurine.brun@pqn-a.fr

Partager

Étiquettes :
,