l_valeurs_republiqueL’Observatoire de la laïcité a rendu public le 8 juin son rapport annuel 2015-2016. Outre un état des lieux du respect du principe de laïcité en France dans différents secteurs, il comporte un bilan des initiatives locales en faveur de la promotion de la laïcité, qui fait apparaître l’implication des collectivités dans ce domaine. De quoi leur reconnaître une part de mérite dans la stabilisation des “atteintes” à ce principe auquel la majorité des élus sont très attachés.

Ce rapport annuel est le fruit des travaux des membres de l’Observatoire, en collaboration avec les administrations concernées et les acteurs de terrain. Il contient notamment : un état des lieux du respect du principe de laïcité en France dans différents secteurs ; un rappel à la loi sur ce que permet et interdit la laïcité ; les avis adoptés depuis juin 2015 (dont celui sur la laïcité et la gestion du fait religieux dans l’enseignement supérieur public) ; le suivi des mesures mises en œuvre avec les différents ministères ; les quatre guides pratiques rédigés par l’Observatoire (Laïcité et collectivités locales, Laïcité et gestion du fait religieux dans les structures socioéducatives, Gestion du fait religieux dans l’entreprise privée, Laïcité et gestion du fait religieux dans les établissements publics de santé) ; une synthèse des perceptions de la laïcité à l’étranger ; ou encore un recueil des formations effectuées partout sur le territoire.

Le rapport revient sur le bilan des initiatives locales en faveur de la promotion de la laïcité dans l’ensemble des départements. De fait, ces initiatives foisonnent, notamment à l’échelon communal. Des instances de dialogue ont par exemple été créées à Toulouse et à Bordeaux, rassemblant notamment les représentants des différentes communautés religieuses, afin de débattre de sujets touchant à la laïcité.

Les nouveaux contrats de ville ont également offert l’opportunité de développer des “actions en faveur de la promotion des valeurs républicaines et de la laïcité”. Les rapporteurs rappellent que les services de l’État ont financé de nombreuses actions “en faveur de l’éducation à la citoyenneté, des valeurs de la République, de la lutte contre les discriminations et du mieux vivre ensemble”, et que les deux comités interministériels à l’égalité et à la citoyenneté de mars et octobre 2015 ont permis de mettre en valeur et de renforcer l’action de l’État en la matière.
Concernant la question – sensible – du financement des associations, les auteurs du rapport soulignent que l’adhésion des associations à une “charte de partage des valeurs de la République” est souvent devenue une condition du financement public. Cette charte se signe parfois dans le cadre de certains contrats de ville.

Les rapporteurs signalent enfin qu’à la suite des attentats de janvier 2015, les remontées de terrain ont montré à la fois “un certain découragement des intervenants sociaux et éducatifs, leur grand isolement”, et “une difficulté” à répondre aux situations de plus en plus complexes qu’ils rencontrent. Face à cette difficulté, le CGET a conçu un plan national de formation à la laïcité destiné aux acteurs de terrain de la politique de la ville, de la jeunesse et des sports. Il est déployé depuis le premier trimestre 2016, avec l’objectif de “former 10.000 personnes par an”.

Au final, l’Observatoire constate que “depuis de nombreuses années, la crise économique et sociale, la trop faible mixité sociale dans certains quartiers et établissements scolaires et le contexte international renforcent certains replis identitaires et différents communautarismes”, qui “conduisent dans certains cas à des pratiques religieuses réinventées et radicales”. Mais “comparativement au bilan de l’année dernière, les atteintes directes au principe de laïcité ne semblent pas en augmentation”, conclut l’instance, dont le rapport sera remis à François Hollande “dans la deuxième quinzaine de juin”.

source : Localtis du 13/06/16

> Consulter : le rapport annuel de l’Observatoire de la laïcité 2015-2016 / sa synthèse

A noter :

Le 8 juin dernier, le CGET a organisé un séminaire destiné aux formateurs impliqués dans le plan national, consacré à la formation aux « Valeurs de la République et laïcité ».
Cette journée de travail a permis d’échanger sur le déploiement des formations à travers toute la France, de présenter un nouveau module de spécialisation sur l’accueil et les relations avec les publics et d’échanger les pratiques au cours de trois ateliers.
Ouvert par Sébastien Jallet, commissaire général délégué du CGET et directeur de la Ville et de la Cohésion urbaine, et Jean-Jacques Duffourc, directeur de l’Institut national spécialisé d’études territoriales de Nancy – Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT), ce séminaire était organisé par l’équipe du pôle d’animation territoriale du CGET. Il a fait intervenir des universitaires (spécialistes du droit et philosophe) et délégué du Défenseur des droits, notamment.

A cette occasion, le CGET a édité une publication présentant ce plan de formation : En Bref #19 – juin 2016

Partager