Les territoires ruraux innovent en Nouvelle-Aquitaine

04 Nov Les territoires ruraux innovent en Nouvelle-Aquitaine

Promouvoir et accompagner les innovations dans les territoires ruraux, tel était le sujet du 1er Forum européen des ruralités organisé par la Région ce mercredi 23 octobre 2019 à La souterraine, commune de la Creuse d’un peu plus de 5 500 habitants.

L’événement avait pour vocation d’accueillir élus locaux ; chefs d’entreprises zones rurales et industriels régionaux ; associations ; jeunes tiers-lieux ; agriculteurs ; chargés de développement ; chercheurs, géographes, sociologues, économistes… pour échanger leurs analyses et regards sur les ruralités de Nouvelle-Aquitaine, leurs atouts mais aussi leurs fragilités.

Deux difficultés ont été écartées en préambule : 1/ les campagnes perdent leurs habitants : au contraire les habitants y reviennent ; les soldes migratoires y sont positifs 2/ c’est un non sens de parler des campagnes comme des territoires périphériques : tout territoire est à la fois centre et périphérie d’un autre….

D’un avis unanime : le rural connaît aujourd’hui un regain d’intérêt, non pas seulement qu’en négatif (“crise des gilets jaunes”), mais bien comme espace renouvelé d’expérimentation et d’innovation. On y constate l’envie de se réapproprier le local, de se rapprocher de la nature, de ralentir. Le rural devient une “valeur refuge” condamné à avoir un temps d’avance pour répondre aux enjeux et besoins de ses habitants qui veulent néanmoins rester connectés “au monde global”.

Gilles SAVARY, ancien Député européen, ancien Député de la Gironde, a mis en lumière l’absence de réflexion territoriale et de véritable politique d’aménagement du territoire aujourd’hui. Il pointe la décentralisation, victime à la fois d’une incapacité de l’Etat “à savoir quoi faire des territoires”, et de celle des associations des élus locaux à s’entendre et à apporter une réponse commune, entraînant un éclatement des compétences… et des responsabilités.

Magali TALANDIER, Economiste, Professeur des Universités à Grenoble (laboratoire PACTE), propose d’inverser le regard sur le rural : ne pas le regarder “comme l’ombre des villes”, mais bien comme un espace ayant ses propres dynamiques. Elle insiste sur le fait qu’il n’y a pas de fatalité au “non-développement” et que les situations DES campagnes sont multiples et évoluent dans le temps (“résilience”). Elle invite à penser l’action en direction des campagnes non pas dans une logique de solidarité mais d’anticipation des mutations en cours, notamment en matière de transition écologique et numérique. Celles-ci doivent être prises en compte et intégrées pour repenser les problématiques de mobilité, d’emploi, et d’accès aux services.
Il ne faut pas attendre que la richesse “ruisselle” des villes vers le rural, mais bien créer des éco-systèmes territoriaux urbains-ruraux, des dynamiques de coopération interterritoriale, des collaborations avec les acteurs privés et les universités…

L’enjeu de la jeunesse a traversé les différents échanges. A la fois porteuse de nouvelles façons de vivre, connectée, souhaitant bénéficier des mêmes opportunités ici et là. Il faut leur donner la possibilité de partir… mais aussi de revenir !

Dernier sujet, et non des moindres, abordé lors de cette journée : l’agriculture, fondamentalement au coeur de la ruralité, dès lors que l’on parle de développement endogène, de proximité. Le développement de l’agroécologie porte en elle des opportunités de développement futur des territoires ruraux, respectueuse de l’environnement et de la santé, créatrice de nouveaux emplois.

Et pour la suite ?

Coopérer, mettre en réseau, expérimenter, animer, accompagner, promouvoir les singularités, partager les outils et méthodes, développer les synergies, voilà les pistes pour l’avenir.

Le Cluster Ruralités lancée par la Région en juin et présentée par Geneviève Barat, vice-présidente en charge de la ruralité de la Région, poursuit cette ambition :

A destination des élus et des habitants des communes de moins de 2000 habitants, le cluster Ruralités permet de générer des projets expérimentaux innovants dans les territoires ruraux.
À travers l’appel à projets Ruralités 2019-2021, et dans le cadre de ses compétences, la Région Nouvelle-Aquitaine a pour ambition d’accompagner les initiatives d’intérêt général issues du monde rural. Doté de 6 millions d’euros sur trois ans, il permettra une aide financière par commune de moins de 3500 habitants et par projet, ainsi qu’un soutien en ingénierie.

Partager