La Coopérative du Born, une légumerie-conserverie pour la restauration locale hors domicile

La Coopérative du Born : légumerie-conserverie pour la restauration locale hors domicile

Dans le Pays Landes Nature Côte d’Argent (LNCA), la coopérative du Born, portée par un collectif hybride d’acteurs locaux transformera dès 2023 fruits et légumes locaux bio

Structure pilote

Coopérative du Born

Périmètre d’action de l’expérience et rayonnement

La coopérative fournira la RHD du territoire LNCA , et s’approvisionnera dans les Landes et en Nouvelle-Aquitaine.

Partenaires principaux

Les associations La Smalah, AGROBIO 40, les communes, des producteurs et artisans de bouche, consommateurs, la région et le département, la Fondation Avril et l’Agence de l’Eau Adour Garonne, le Collectif Les Pieds dans le Plat.

Calendrier

  • 2017: constitution du collectif hybride
  • 2020: lauréat AAP Circuit Alimentaire Locaux
  • 2021:
    – DLA avec consultante en légumeries coopératives
    – visites cinq autres légumeries (Territoires Conseils)
    – analyse offre et demande auprès des  agriculteurs et mairies/ gestionnaires d’établissements 
  • 2022:
    – Lauréat AAP Territoires à Agriculture Positive : poste en CDI

    – Expérimentation dans un laboratoire, commandes gré à gré

Budget

  • 734 000€ TTC Investissement
  • année 1: 109 700€ TTC (salaire, charges) + 61 250€ TTC d’achat denrées

“La particularité de la coopérative est d’être un vrai projet de territoire acté par un statut juridique particulier. Pour autant, nous voulons aller au-delà du simple statut d’acteur économique et accompagner la transition alimentaire sur le territoire”.

– Lucie Ouvrard, coordinatrice de la coopérative

Problème / Besoin initial

Une carence en outil de transformation

En 2017, un diagnostic alimentaire du Pays Landes Nature Côte d’Argent souligne une carence en outil de transformation pour favoriser les circuits courts sur le territoire.

En 2018, la Maison Patou, artisan charcutier souhaite répondre à ce besoin en portant le projet. Cependant le coût financier (700 000€) rend l’entreprise impossible.

Solutions apportées

Un collectif hybride monte une association de préfiguration de la légumerie-conserverie

Un collectif hybride d’agriculteurs, élus, commerçants, artisans, habitants emmené par l’association la Smalah s’est formé en parallèle de l’initiative de Patou, et reprend le projet.

L’outil doit permettre de transformer fruits et légumes bio pour que les restaurations collective et commerciale s’approvisionnent en circuit court. Les produits seront épluchés (gamme 1), mis en conserve (gamme 2), découpés (gamme 4) et précuits (gamme 5).

Premiers résultats

Lancement de l’expérimentation et de la SCIC

Les premières commandes de gré à gré sont lancées en 2021 dans le cadre de l’expérimentation de la transformation de fruits et légumes grâce à l’atelier et au véhicule de livraison mis à disposition à titre gracieux par la Maison Patou. La coopérative s’approvisionne à ce jour pour 40% dans les Landes et à 94% en Nouvelle-Aquitaine.

L’association a été transformée en SCIC avec 50 sociétaires en juin 2022 après avoir ouvert le capital en mars.

Le capital social s’élève à 12 000€.

Le permis de construire est accepté en mai 2022, pour une surface de 407m² dont 60% en légumerie, 1 ou 2 autoclaves pour la conserverie et 1 ou 2 tables pour refroidir et des espaces de stockage sec/froid.

Facteurs de réussite

+  Existence de réseaux d’entraides dans les Landes qui ont permis un bon taux de souscription de la société civile dans la SCIC

+ Intérêt pour les circuits-courts de la part des acteurs locaux et des consommateurs en particulier

+ Soutien politique fort du bloc communal

+ Loi EGALIM qui va dans le sens du projet

+ Tourisme qui permet de répondre au problème de débouchés estivaux de la restauration collective via la restauration commerciale

+ Mise à disposition d’un laboratoire et d’un véhicule de livraison par le PDG de la SCIC-SAS

– Collectif qui s’est étiolé avec le temps entre 2017 et 2019

Enseignements

  • Il est important d’expérimenter avant de se lancer
  • Dans son modèle économique, trouver une solution pour faire face au creux de consommation estival de la restauration collective

Perspectives

L’objectif est de produire 100T de produits bruts transformés en 2023, et dépasser le seuil de rentabilité de 150T en 2024.

Le modèle économique devrait reposer sur 60% du chiffre d’affaires en légumerie. 70% rémunéré par la RC et 30% par la restauration commerciale qui pallie à la saison estivale.

La coopérative réfléchit aussi au meilleur modèle logistique pour ne jamais rouler à vide et considère: internaliser ou la confier à un logisticien sur la commune, qui est sociétaire de la SCIC.

Maturité du projet

Maturité du projet

Maturité du projet
Reproductibilité

Reproductibilité

Reproductibilité

Personne ressource

Lucie Ouvrard
Mail : contact@cooperative-du-born.org
Tél : 07 81 77 25 39

Date de publication : juillet 2022

Partager