l_observatoire-habitatL’association Villes de France a lancé un observatoire de l’habitat. A destination des élus, des services en charge de l’habitat, ainsi que de leurs partenaires (notamment les organismes Hlm, mais pas seulement), cette plateforme en ligne donne accès, pour 528 villes et leurs intercommunalités, à une mine de statistiques réunies dans un même support numérique.

Il y a évidemment : le nombre de logements privés et sociaux ; le nombre de logements construits par an ; le nombre des mises en chantiers ; le nombre d’habitants sur le territoire ; la part des jeunes, des personnes âgées et celle des familles monoparentales ; la croissance démographique ; les niveaux de revenus ; le taux de chômage…

Mais aussi : le rapport entre la croissance démographique et la croissance des emplois ; la part des actifs travaillant dans la commune ; les montants des loyers dans le parc privé et social ; les prix de vente des logements ; la vacance dans le parc social et dans le parc privé, avec l’évolution de cette vacance ; le taux de sur-occupation des logements, le profil des demandeurs de logements sociaux…

Le tout comparé aux chiffres de l’EPCI dont la ville est membre, aux chiffres des 13 villes-centres appartenant aux métropoles (hors Paris) et ceux de la France métropolitaine (hors les 13 ville-centres des métropoles, hors Paris et sa petite couronne).

Aude-là de compiler des données, sa véritable innovation est d’établir des indices de vigilancepour chacune des communes ainsi qu’à l’échelle départementale et régionale. L’idée n’est pas tant de distribuer des mauvais points mais d’alerter sur les situations locales en termes d’offre de logement et de fragilité sociale, pour orienter les politiques locales de l’habitat en toute connaissance. Pour chaque commune est calculé un indice de vigilance de l’offre de logements, un indice de fragilité sociale et un indice de vigilance globale. Chaque région fait l’objet d’un graphe dans lequel sont positionnées les villes selon leur degré de “vigilance habitat” et de “fragilité sociale”.

Cet indice de vigilance associé à l’ensemble des données compilées par l’observatoire fournit une base objective de dialogue entre la collectivité et les acteurs locaux de l’habitat (organismes HLM, opérateurs du parc privé, associations d’habitants, professionnels de l’immobilier…) mais aussi avec l’Etat.
Villes de France et ses partenaires ont en effet par cet outil pour première ambition “d’éclairer la décision publique en matière d’aménagement”, notamment dans le cadre de l’élaboration des programmes locaux de l’habitat (PLH), mais aussi des documents d’urbanisme (Scot, PLU, et PLU intercommunaux).

En complément de cette plateforme en ligne, deux publications viennent d’être diffusées par l’Observatoire : la synthèse nationale et régionale 2016 et le focus sur “l’impact des zonages sur les dynamiques territoriales”.

A noter :

Sur les 12 régions constituées, les villes de la région Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes se classent au 6ème rang en termes de vigilance globale avec un indice de 99, très proche donc de l’indice national.

Toutes les villes qui disposent d’un indice plus faible que l’indice national sont situées dans le département de la Gironde. Ce département, avec les Pyrénées-Atlantiques et les Deux-Sèvres dans une moindre mesure, sont les départements les moins « fragiles » (respectivement 83,91 et 95).
Les autres départements sont au-dessus de la moyenne, avec la situation la plus « fragile » pour le département de la Charente (130, avec deux communes qui cumulent un indice de vigilance habitat et social élevé).
Par rapport aux autres territoires, les indices liés à l’offre de logement sont plutôt favorables dans la mesure où une bonne partie des communes disposent d’un indice plus faible que la moyenne nationale. L’indice de vigilance de l’offre de la région est de 84, celui lié au social est de 112.

Partager